Une vie à t’attendre – Alia Cardyn

Une vie à t'attendre

Quatorzième titre lu en tant que Lectrice Charleston 2016. Merci à Elise et aux éditions Charleston !

Titre et auteur : Une vie à t’attendre d’Alia Cardyn

Maison d’édition : Charleston (Site/Twitter/Facebook)

Date de publication : 07/06/16

Nb pages : 272

Résumé :

« Je suis petite, si petite dans ces lieux silencieux. Je connais la nature des silences et celui-ci n’est pas bon. Il est le dernier souffle d’une maison qui s’est vidée, précipitant ma perte. Je les appelle et en réponse,ce silence implacable. Où sont-ils ? Je m’apprête à poser le pied sur cette marche mais j’ai déjà compris. Dans quelques secondes, je cesserai d’être une enfant. »

Qui devient-on dans une vie où des parents disparaissent mystérieusement ? Rose a six ans quand la tragédie se produit. Dans ce quotidien bouleversé, elle grandit avec sa version de l’histoire, qui l’étouffe.
Qui Rose serait-elle aujourd’hui si elle ne pensait pas qu’ils l’ont abandonnée ? C’est la question que se pose celui qui l’a toujours aimée.
À Bali, seize ans après leur disparition, Rose découvre quelques mots sur un carton. Commence alors un périple haletant. Les indices qu’elle va petit à petit accumuler lui permettront-ils de dépasser une enfance brisée ?

Avis : ★★☆☆☆

Mon avis à propos  d’Une vie à t’attendre est mitigé…

Nous faisons la rencontre de Rose Campion en 1995. Elle n’est qu’une enfant alors que ses parents disparaissent du jour au lendemain, sans laisser la moindre trace. Cet abandon, ce mystère irrésolu stigmatisera à vie la jeune fille. Incapable d’aimer, incapable de faire confiance, sa vie sentimentale s’en retrouve réduite à néant. Un beau jour, un inconnu lui tend un papier dans un avion. Sur celui-ci, une phrase, celle qui marquera le début d’un nouveau départ pour Rose.

Sincèrement, je n’ai pas vraiment accroché à l’histoire. Je suis réellement déçue parce que le résumé me faisait franchement envie, tout semblait être fait pour me plaire et pourtant, la magie n’a pas opéré avec moi.

Chose surprenante, la narration m’a freinée. Moi qui suis adepte des narrations à plusieurs niveaux, j’ai été dérangée par la façon dont celle d’Une vie à t’attendre opère. Nous avons plusieurs voix, plusieurs points de vue et plusieurs temporalités. Jusqu’ici tout va bien. Néanmoins, j’ai eu la sensation que tout ceci ne s’enchainait ni logiquement ni de manière fluide. J’ai eu l’impression d’une narration saccadée, désordonnée, manquant de cohésion entre chaque chapitre. On passe du présent de 2017 à la première personne, au passé de 1995 à la troisième personne en passant par un journal intime datant de 1988… Il y a énormément de dates, de modes de narration et il est difficile de s’y retrouver, c’est dommage.

L’intrigue en elle-même ne m’a pas passionnée autant que ce que à quoi je m’attendais. Je pense qu’une partie de cela est due à la narration. Je ne me suis pas sentie sous l’emprise du suspens au point de vouloir tourner chaque page et connaître absolument ce qui s’était passé. Ca n’est qu’à partir du dernier quart du roman que le suspens est prégnant, ce qui sauve à mon sens le récit. Je n’ai été surprise qu’à la fin du texte et c’est dommage parce que même si l’on est heureux de découvrir de nouvelles choses, tout le début de l’intrigue nous parait un peu laborieux.

Si le déroulement de l’histoire ne m’a pas vraiment convaincue, j’ai cependant été sous le charme des personnages. Rose ne m’a pas inspirée de grande passion mais j’ai apprécié son caractère et son évolution. J’ai aimé sentir le poids de son passé de manière réaliste sur ses comportements, ses attitudes, sentir qu’un espoir est possible. Henri est un personnage particulièrement intrigant dont j’aurais aimé connaître encore plus de détails. Sa dévotion est sans limite et honorable même si quelques uns de ses comportements surprennent par moment et laisse un arrière-goût amer. Sa psychologie complexe m’a séduite. Le personnage qui m’a le plus enchantée est Gabrielle. Elle amène une véritable fraîcheur à l’histoire. C’est une femme forte, de conviction dont on prend plaisir à suivre la vie passée et l’on se surprend à vouloir en connaître toujours davantage à son propos. Elle est particulièrement intéressante, c’est le personnage phare de l’histoire à mon sens.

En définitive, si les personnages m’ont semblé convaincants par leurs psychologies travaillées, le reste du texte n’a pas vraiment su me séduire. Je n’ai pas réussi à accrocher à l’histoire.

3 thoughts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *