Le Trésor du papillon de fer – David Glomot

Merci aux éditions De Borée pour cette lecture !

Titre et auteur : Le papillon de fer de David Glomot

Maison d’édition : De Borée (Site/Facebook/Twitter)

Date de parution : 06/04/17

Nb de pages : 301

Résumé :

Padraig, géant roux irlandais, est un jeune contrebandier qui croupit dans une prison anglaise. Auprès de Tull, son geôlier, ancien corsaire, il découvre l’existence d’un fabuleux butin de pirates. Ce trésor, en plus d’une belle quantité de métal précieux, recèlerait un mystérieux livre écrit par un conquistador, ancêtre de Padraig. Suivez les aventures du contrebandier et de ses complices Jethro l’affranchi, Lizzy la prostituée et Salamander le forban sur la piste du papillon de fer. Rôdez sur le port de Bristol, traversez l’Atlantique, affrontez les jungles des Caraïbes et les forêts du Canada, espionnez des sorcières sur la lande galloise et échappez aux chasseurs de primes et aux corsaires. Découvrez, enfin, Londres en plein cataclysme, en cette terrible année 1666 où la ville s’est embrasée… Aurez-vous le courage de vous embarquer à la recherche du fameux Livre de raison ?


Avis : ★★★★☆

Le Trésor du papillon de fer est un livre intéressant qui mêle plusieurs genres pour offrir une longue aventure !

Nous rencontrons Padraig, alors qu’il est dans une prison anglaise. L’inimitié entre Irlandais et Anglais est de mise et Padraig s’attend à être torturé et mourir à tout moment. Cependant, Tull, celui qui s’occupe de la prison, décide un jour de le faire sortir pour accomplir une mission, retrouver le Livre de raison et les trésors qui l’entourent.

Ce roman est assez spectaculaire dans son mélange des genres. Un peu de thriller, un peu d’historique, un peu de fantastique dans la manière de traiter certains thèmes, tout y est pour former une ambiance intrigante et ensorcelante.

J’ai apprécié le langage utilisé par l’auteur. Il correspond parfaitement à l’époque relatée, à savoir les années 1600. Les expressions, les injures et les termes s’apparentent à une langue parfois désuète, parfois choquante mais tout à fait adéquate à ce siècle où la tolérance n’était pas dans les usages.

J’ai également apprécié le fait que le roman soit divisé en cinq parties. La première est une sorte d’introduction qui nous met sur la piste de ce fameux trésor que les protagonistes vont se mettre à chercher. Les autres se suivent et alternent entre passé et présent. En effet, au fur et à mesure que Padraig rencontre des personnages, ces derniers narrent leur histoire, leurs rencontres et aventures avec les autres héros. Ainsi, Padraig, au même titre que le lecteur se place en oreille attentive réceptionnant les vécus des uns et des autres, pour combler la fresque générale racontée.

Concernant les personnages en eux-mêmes, j’ai apprécié Padraig Muricellos qui est un « géant roux » comme on nous le décrit à plusieurs reprises. Il semble être quelqu’un d’intègre et son histoire avec sa défunte Abigail m’a touchée. Il m’a fait un peu fait penser à Jamie dans Outlander (dans une faible mesure) mais ça me l’a rendu sympathique tout de suite. Les autres sont intéressants, plus ou moins affables, surtout lorsque l’on avance dans l’histoire. Jethro, principalement m’a plu pour son caractère.

Ce que j’ai également aimé, c’est qu’il y a des retournements de situations, dignes de films d’aventure. Ces basculements se révèlent principalement à la fin, dont un qui touche un personnage et nous le montre sous un jour totalement inattendu, chamboulant complètement notre perspective. J’apprécie quand notre vision des choses est ainsi bousculée et remet de l’ambiance dans l’histoire.

Si je mets quatre étoiles, c’est parce que, si j’ai apprécié tout l’ensemble, j’ai par moment été un peu perdue au fil des aventures, soit parce que tout était un peu trop condensé à mon goût et difficile à assimiler d’un coup, soit parce que l’histoire trainait un peu en longueur et faisait parfois perdre un peu d’intérêt au récit présent.

Dans l’ensemble, ce roman est vraiment intrigant et multiplie les thèmes intéressants, comme l’esclavage de l’époque, la piraterie, la chasse au trésor ou encore la sorcellerie. Tout est contextualisé et nous permet une immersion dans la Grande-Bretagne du XVIIème siècle. A découvrir et voir si la suite est du même acabit !

5 thoughts

  1. Quand tu avais partagé le lien sur Facebook, j’avais lu ta chronique et je remets ici ce que j’ai dit. C’est franchement un roman pour moi et j’espère le découvrir un jour, j’adore les pirates, les chasses aux trésors… Il y a un peu d’historique, de fantastique et même du thriller, il a l’air super chouette et merci beaucoup pour cette découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *