Les Rifodés – Mell 2.2

les rifodés

Titre et auteur : Les Rifodés de Mell 2.2

Maison d’édition : Sharon Kena (Site/Facebook/Twitter)

Date de publication :  17/01/2017

Nb pages : 190

Résumé :

Suite à une terrible catastrophe, le sol est devenu putride et toxique. C’est au sommet de curieux pylônes gigantesques que les Rifodés ont échafaudé leur Société circassienne. Dans cette ville faite de ponts de singes, de tyroliennes et de trapèzes, la vie dans les airs est un spectacle à risque de tout instant. Pour survivre et faire prospérer cette communauté d’êtres colorés, il faut parfois partir au-delà de ces immenses pilotis, à la découverte de nouveaux horizons.

Avis : ★★★☆☆

Les Rifodés est un roman qui m’a bien plu !

Nous rencontrons Cyanne, une jeune femme de 16 ans, appartenant au peuple des “rifodés”. Cette population vit dans le ciel, sur des pylones qui partent de la Terre depuis que le sol de cette dernière est devenue toxique suite à un cataclysme.  Ce peuple est divisé en couleurs, dont les Bleus, comme Cyanne. Celle-ci est fiancée à Shiro, un Blanc, bien que ce mariage hétérochrome soit très mal perçu. A cause de ce mariage à venir, Cyanne, Shiro et leur équipe vont se retrouver dans une mission suicide et découvrir que le monde est bien plus vaste que ce qu’on leur fait croire depuis toujours.

J’ai aimé dans ce roman l’humour comme à chaque livre de Mell 2.2. J’adore le ton humoristique qu’elle emploie dans ses récits, je souris et ris souvent, ça me détend à chaque fois ! En l’occurrence, j’ai beaucoup aimé certaines références qui s’insèrent dans les dialogues comme un clin d’oeil, notamment deux qui m’ont marquées. J’ai par exemple bien ri en lisant un dialogue tel que celui-ci :

Mais Opale… Il devait porter un académique tout pailleté avec des plumes sur les et bras et sur son masque.

-Hein ? M’étonnai-je. Opale ? Opale masque ?

-Ohé! Ohé! La coupa redder précipitamment. Moi aussi j’ai mes raisons […]”

J’avoue que c’est tout bête, mais ça m’a vraiment faire rire. J’ai aussi aimé le passage suivant qui fait référence à l’un des autres récits de Mell 2.2 et que l’on peut comprendre si on l’a lu (mais qui n’a pas d’incidence sur la compréhension dans le cas contraire.

Je t’ai déjà dit, gamin, quil y a certains trucs qu’on ne peut pas vous révéler.

-Et en quel honneur ?

-Ca spoilerait le roman sur ma vie, se glorifia Théonis.

-N’importe quoi ! Et c’est quoi, le titre de cette soi-disant histoire ? Argua Shiro, pince-sans-rire.

-“Mon humour fascinant”, en cinq tomes.

-Mais bien sûr ! Mytho!

Théonis bomba le torse, fier de sa bêtise.”

J’adore ce genre d’auto-références qui font entrer le lecteur dans une atmosphère de connivence avec l’auteur lorsqu’il connait ses ouvrages précédents (en l’occurrence  Mon humour fascinant) !

Ce que j’ai aussi aimé dans ce roman, c’est tout le sous-texte que l’on peut comprendre à travers l’univers imaginaire. Tous les personnages du roman ont leur spécifités, leurs couleurs s’ils font partie des rifodés, ou leur “étrangeté” s’ils sont humains. Toutes ces différences entrainent des discriminations dans ce monde parallèle que l’on peut mettre en lien avec notre propre monde.  On distingue de réelles discriminations au sein même du peuple des Rifodés entre les couleurs existantes, un Bleu ne pouvant pas être lié avec un Blanc par exemple. Il y a une hiérarchie dans les couleurs qui semble empêcher certaines relations au premier abord. Puis il y a des rejets aussi de certaines couleurs tout simplement comme le violet, qui est une couleur “batarde” issue de Bleus et de Rouges. Finalement, on constate également des jugements à l’égard de ceux qui n’ont pas de couleur comme Green, qui n’a de vert que ses yeux, alors que ses cheveux sont noirs. Il est considéré comme handicapé dans sa communauté et là encore se pose la question de la discrimination dans le roman. J’ai trouvé tout ce pan  du récit extrêmement intéressant car le fait de transposer les difficultés de notre réalité dans un monde parallèle est une solution géniale pour faire passer des idées et mettre en exergue la question de la tolérance.

J’ai aimé l’intrigue du récit qui m’a vraiment portée. On se demande ce qu’il va se passer concernant l’union de Shiro et de Cyanne, on se pose des questions sur la relation de Cyanne, Shiro et Green dans leur relation “polyandre”, on se demande aussi d’où vient Green tout au long du roman. Tout ceci fait qu’un vrai suspens est présent et incite à continuer le roman pour trouver des réponses.

J’ai trouvé le monde des Rifodés particulièrement intéressant et vraiment original (quelle imagination!). Néanmoins, c’est là que je mettrais un petit bémol parce qu’il est assez difficile au départ d’appréhender cet univers et de tout comprendre, ça me paraissait un peu complexe au premier abord. On s’adapte au fur et à mesure mais j’avoue avoir été un peu perdue dans les explications au début de ma lecture et j’avais un peu de mal à rentrer dans le récit.

En définitive, Les Rifodés est un roman que je qualiefierai de vraiment original, mettant le doigt sur de vraies questions sociales, que l’on peut aussi mettre au second plan pour se focaliser sur un récit d’aventure et de romance. J’ai apprécié ma lecture malgré un début un peu difficile. Je le conseille pour les adeptes des romans de Mell 2.2. !

300dpi

Retrouvez Les Rifodés sur Leslibraires.fr

One thought

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *