Les retrouvailles – Olivier Maulin

Lu grâce à une MC Babelio

Titre et auteur : Les retrouvailles de Olivier Maulin

Maison d’édition : Editions du Rocher (Site/Facebook/Twitter)

Date de parution : 03/05/17

Nb de pages : 192

Résumé :

Vingt-cinq ans qu’ils ne s’étaient revus ! Quand son vieux camarade de fac l’invite à passer un week-end dans la grande bâtisse de son frère, nichée au coeur des montagnes de Savoie, Laurent Campanelli est un homme accompli, un père de famille qui a trouvé sa voie. Il s’y rend avec femme et enfants et revoit avec plaisir Michel, Yvon et leur soeur Flore, son amour de jeunesse à présent mariée à un riche avocat qui est aussi collectionneur. Mais la camaraderie retrouvée ne tiendra pas longtemps. De lointaines rancoeurs se réveillent, ainsi que des passions enfouies et des regrets agissant comme un lent poison. Éclats de voix alcoolisées, étreintes furtives et clandestines, le week-end dérape ; les cadavres sortent peu à peu du placard et font vaciller les vérités que l’on croyait les plus solides. Sous la neige, à l’écart du monde, un drame se noue. Il n’est pas certain que tous s’en relèveront. Le huis clos se transforme alors en cauchemar, dans une ambiance que ne renierait pas le Stephen King de Shining.

Avis : ★★★★☆

Les retrouvailles, c’est typiquement le genre de romans que j’adore !

Nous rencontrons Laurent alors qu’il s’apprête à rejoindre des anciens amis, avec sa femme et ses enfants. Il retrouve Michel, Yvon le frère de celui-ci et la sœur Flore. La fratrie a emmené conjoints et enfants et tous se retrouvent dans un bâtiment de 2000m² qu’Yvon a acheté sur un coup de tête. Seulement voilà, ils sont coupés du reste du monde, il fait -15° dehors et tout part à vau-l’eau…

Ce roman est super, fou et ingénieux ! Petite histoire de 200 pages qui se lit en quelques heures, je me surprends à avoir la sensation d’avoir regardé un film à suspens et d’en sortir émerveillée.

L’univers du roman est assez sombre. Comme il est dit dans le résumé, il est vrai que ça s’apparente assez à l’atmosphère de Shining de Stephen King, huis-clos éprouvant pour le lecteur à l’ambiance malsaine et ô combien captivante. Au début du récit, la tension est proche de zéro et plus les pages défilent, plus elle prend de l’ampleur et explose en fin de parcours. J’adore ça lorsque l’auteur réussit à fabriquer une ambiance à faire froid dans le dos et manier ce genre de tension à la perfection.

Ce qui fait aussi tout l’intérêt de l’intrigue, c’est le personnage de Laurent. Il est tout simplement insupportable. Caractère changeant, un peu misogyne par moment, infidèle à d’autres, en proie à des pulsions malsaines, il change du tout au tout et passe du père de famille blasé mais respectable à une espèce d’épave dont on se met à avoir peur.

Tous les personnages de l’histoire sont assez effrayants en réalité. Ils sont absolument normaux, banals, rien qui ne pourrait laisser entendre qu’ils ont quelque chose à se reprocher et pourtant… Une sourde angoisse s’insinue au fur et à mesure que l’on voit chacun évoluer dans ce bâtiment et que l’on comprend un peu plus ce qui se trame là-dedans.

Le roman ne fait que 200 pages, il ne se déroule qu’en deux journées et pourtant, il est explosif et percutant !

Si je devais mettre un petit bémol, ce serait pour la fin. J’ai trouvé qu’il était un peu dommage de tout dévoiler d’un coup sur le mode « Alors voilà le fin mot de l’histoire, untel à fait ça, l’autre ci etc… ». Je caricature un peu, mais j’aurais aimé un peu plus de subtilité et que l’auteur laisse le lecteur se triturer un peu les méninges pour compléter le tableau. Mais ce n’est que peu de chose face à la satisfaction que procure tout le reste du récit.

En définitive, Les retrouvailles est une sorte de thriller réaliste dans lequel la tension s’accumule et provoque une oppression absolument délicieuse ! Je recommande à tous les amateurs du genre et m’en vais parcourir la bibliographie d’Olivier Maulin pour poursuivre ma découverte de l’auteur !

6 thoughts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *