La nuit des cannibales – Gabriel Katz

Lu dans le cadre d’une masse critique Babelio !

Titre et auteur : La nuit des cannibales  de Gabriel Katz

Maison d’édition : Pygmalion (Facebook/Twitter)

Date de parution : 15/03/17

Nb de pages : 374

Résumé :

Le réveil est difficile pour Maxime de Retz, homme d’affaires de 43 ans. En ouvrant les yeux à sept heures un matin, il découvre qu’il est dans le corps d’un adolescent. Bientôt, sa situation empire : on essaie de l’assassiner…

Avis : ★★★★☆

La nuit des cannibales est un bon roman fantastique !

Maxime de Retz, 43 ans, se réveille un matin… Dans le corps d’un adolescent ! Il s’appelle Aubert, a 15 ans et doit s’accoutumer à sa nouvelle vie le temps de comprendre ce qu’il se passe. C’était bien entendu sans compter sur le fait que certains « cannibales » veulent lui faire la peau…

J’ai été séduite par l’ensemble du roman, ce qui m’arrive rarement lorsqu’il s’agit de littérature fantastique. En l’occurrence, j’ai aimé l’univers, l’écriture, le ton, tout m’a semblé convaincant !

J’ai aimé la narration. Le lecteur est plongé dans la tête de Maxime et donc ses pensées à la première personne. Cette façon de raconter l’histoire permet de se glisser directement dans l’univers et d’être complètement immergé dans l’action en même temps que le protagoniste. De plus, j’ai été séduite puisque le personnage de Maxime est un homme particulièrement intéressant, dont la causticité n’a d’égale que son assurance. L’histoire est racontée sur un ton acide et piquant qui a bien fonctionné chez moi !

J’ai vraiment apprécié l’univers du récit qui ne m’a pas paru trop farfelu pour être compris, ni trop simple. Cette invention des « cannibales » est une très bonne idée qui intrigue au départ puisque l’on n’en sait pas plus que nos personnages principaux, Maxime et « David Raoul Erwan ». Il y a des éléments irrationnels qui prennent place dans le monde tel qu’on le connait et c’est ce qui me plait.

Il y a donc du suspens également puisque l’on ne comprend pas grand-chose au début. Nous sommes dans le même état de sidération que Maxime. Comment se fait-il qu’un homme de 43 ans se retrouve bloqué dans le corps d’un adolescent, et pourquoi des hommes cherchent à le poursuivre et le tuer ? Le suspens s’apaise au fur et à mesure des révélations pour être supplanté par une action incroyable. Les événements s’enchainent et à la fin du roman, on a presque l’impression de regarder un bon gros film d’action avec des armes, des bastons et du sang. Je déteste ça en général et pourtant, j’ai trouvé que ça fonctionnait parfaitement avec l’ambiance générale et surtout, l’état d’esprit de Maxime !

Le seul bémol est toute l’histoire autour de Marie. Je ne veux pas spoiler donc je ne dirais pas qui elle est, mais l’intrigue à son propos ne me semble pas terminée. Une suite est-elle prévue ? De plus, j’avais un peu la sensation qu’elle était là en tant que caution « féminine » du roman mais n’avait pas d’autre valeur. La « romance » entre elle et Maxime (je mets entre guillemets parce qu’il ne se passe rien de concret) est complètement superflue et casse le rythme du roman à mon sens. J’aurais aimé qu’elle soit, soit un peu plus présente et ait un véritable rôle autre que figurante de sexe féminin, ou qu’elle ne soit pas là tout simplement.

En définitive, si l’on omet ce dernier point, La nuit des cannibales est un très bon roman fantastique bourré d’action, de cynisme et de révélations palpitantes. Mention spéciale pour le dénouement qui m’a beaucoup fait rire et que je trouve absolument génial !

tous les livres sur Babelio.com

16 thoughts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *