Neuroland – Sébastien Bohler

Titre et auteur : Neuroland  de Sébastien Bohler

Maison d’édition : Robert Laffont (Site/Facebook/Twitter) / Format Poche chez Pocket

Date de parution : 19/03/15

Nb de pages : 624

Résumé :

Châtelet, gare de Lyon, Champs-Élysées. Trois attentats au coeur de Paris éventrent la capitale. Bilan : 53 morts. 
Quelques heures plus tôt, le cerveau des attentats, un jeune djihadiste formé en Afghanistan, a été arrêté par la police. Protégé par le droit français, il s’est muré dans le silence. Pourquoi n’a-t-on pas su le faire parler ?
Saclay, région parisienne. Neuroland est un centre de recherches, le plus performant d’Europe. Deux jeunes chercheurs y travaillent à un projet révolutionnaire : un scanner surpuissant permettant de décoder les activités du cerveau.
Demain, on pourra lire dans les pensées.
Plus que jamais, celui qui possédera la connaissance possédera le pouvoir.

Avis : ★★★★☆

Neuroland est un thriller vraiment original qui défie les lois du « genre » littéraire !

Nous rencontrons une multitude de personnages dans Neuroland. Tous ont un point en commun : Ils connaissent Franck Corsa. Jeune étudiant dans le très réputé master de Serge Larcher, Franck aspire à un avenir brillant. Cependant, un de ses camarades, Vincent Carat se situe en travers de son chemin. C’est ce dernier qui a décroché le stage tant convoité à Neuroland alors qu’il n’est que dix-neuvième dans la promo. Franck, major de promo, ne peut pas laisser passer ça et se lance dans une entreprise aussi grande qu’effrayante.

Avant de vous donner mon avis, je dois vous avouer que je n’avais pas prévu de lire Neuroland. Je l’ai lu parce que j’ai demandé L’homme qui haïssait le bien de Sébastien Bohler sur Netgalley et je me suis rendue compte en commençant ce dernier qu’il s’agissait d’une suite : celle de Neuroland. En me renseignant, je me suis dit que Neuroland me tentait moyennement (surtout quand on sait que c’est un vrai pavé !) et je me suis lancée, un peu à contrecœur. Et bien ma foi, je suis très contente de l’avoir lu parce que je ne m’attendais pas du tout à un thriller d’un tel acabit et ça aurait été dommage de passer à côté !

Ce thriller politico-scientifique est aussi déroutant qu’intéressant. Je le dis d’emblée, on a parfois la sensation de faire face à un exposé scientifique sur les composants et les réactions du cerveau humain. Ca peut-être perturbant par moment, mais au fond, ce n’est pas une mauvaise chose parce qu’on apprend énormément ! Evidemment, si c’est un thème qui ne vous intéresse pas, l’histoire ne vous plaira pas. Personnellement, tout ce qui touche à la neurologie, neurobiologie ou neuropsychologie m’intéresse beaucoup et j’ai été captivée par toute cette masse de données que Sébastien Bohler nous apporte à travers son intrigue de grande ampleur.

L’histoire commence avec un terroriste, Ali Saleh et l’on pense évidemment à l’actualité. Puis, le récit dévie vers autre chose, une nouvelle méthode d’interrogatoire (pour éviter la torture qui est contraire aux droits des hommes) et l’on entre dans un tout autre monde. On se demande où l’auteur veut nous emmener parce qu’au final, on se rend rapidement compte que le résumé ne comporte qu’une infime partie de ce qui se joue dans le livre. Et si cela peut dérouter au début, j’ai finalement trouvé que c’était très intéressant. On part de rien, et on avance à l’aveugle vers quelque chose d’énorme, car il faut le dire, Neuroland, plus qu’un simple thriller, s’apparente à un projet littéraire franchement ambitieux.

Franck Corsa, le personnage qui ressort le plus du roman est un être absolument imbuvable, immonde, qui met le monde à ses pieds. Tous les personnages qui gravitent autour de lui lui obéissent au doigt et à l’œil, peu importe l’éthique et la morale. C’est un homme d’une intelligence exceptionnelle qui malheureusement la met uniquement au service de ses aspirations personnelles. C’est aussi horrible qu’énervant.

Ce livre rend vraiment fou. Tout tourne autour de la manipulation, de la corruption et surtout du mensonge qui domine l’entièreté de l’intrigue. C’est insupportable, c’est frustrant, c’est angoissant. J’ai dû m’arrêter à plusieurs reprises dans ma lecture tant la tension devenait trop intense. On a envie de balancer le livre par la fenêtre, de crier à plein poumons pour ensuite le récupérer et se jeter dessus à nouveau pour lire la suite. C’est un thriller qui met franchement les nerfs à vif !

En définitive, Neuroland relève d’un genre hybride qui mélange thriller, science-fiction, science et politique avec beaucoup de maîtrise. Je suis contente d’avoir été séduite (même si j’ai eu envie de m’arracher les cheveux un nombre incalculable de fois) et c’est avec plaisir que je vais donc enfin aller me plonger dans L’homme qui haïssait le bien pour suivre ce psychopathe de Franck Corsa !

6 thoughts

    1. La science-fiction ne prédomine pas vraiment, c’est plus « les avancées scientifiques du futur » en gros. Moi-même je ne suis pas très adepte de la SF et pourtant j’ai adoré ! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *