En mémoire de Fred – Clayton Lindemuth

Lu dans le cadre d’une masse critique Babelio

Titre et auteur : En mémoire de Fred  de Clayton Lindemuth

Maison d’édition : Seuil (Site/Facebook/Twitter)

Date de parution : 02/03/17

Nb de pages : 400

Résumé :

Baer Creighton est un cul-terreux fruste et macho obsédé par le Bien et le Mal. Depuis que, gamin, son grand frère Larry a essayé de l’électrocuter, il reçoit une décharge chaque fois que quelqu’un lui ment. Ou alors il voit une lueur rouge dans les yeux du menteur. Un don fort utile, mais est-ce suffisant maintenant qu’il faut venger Fred ? Le pitbull, son seul ami dans les bois de Caroline du Nord où il vit pas très loin des personnages de Ron Rash, a été kidnappé. On le lui a rendu en piteux état, victime d’un des impitoyables combats de chiens clandestins qu’organise l’abominable Joe Stipe, le caïd de la région. Quand il ne soigne pas Fred devenu quasi aveugle, Baer distille une gnôle si sublime que tout le monde lui en achète, le shérif compris. Ça lui donne du courage pour mûrir son plan. Non qu’il en manque, mais, en face, l’ennemi surarmé est en nombre et la lutte semble inégale.  » Œil pour œil, dent pour dent « , tel est le code de l’honneur hérité des pionniers. Baer l’appliquera jusqu’au bout. Voire plus loin.

Avis : ★★★☆☆

En mémoire de Fred est un roman noir original qui m’a séduite par certains aspects et déroutée par d’autres.

Nous rencontrons dans ce roman Baer qui n’a plus qu’une idée en tête : Venger l’honneur de son chien, Fred. En effet, ce dernier a été kidnappé pour un combat de chien et retrouve son maître quelques jours plus tard dans un état lamentable. Baer veut retrouver le coupable, et le faire souffrir à la hauteur de ce qu’a subi son chien, si ce n’est plus…

Quand vous lisez ce roman, vous avez un peu l’impression de regarder un film à la Clint Eastwood.

Le roman prend place dans une sorte d’Amérique profonde et l’on a tous les ingrédients d’un univers aux personnages brutaux, bourrus et macho. C’est un monde dur où les combats de chien sont un signe de puissance et virilité, où la vente d’alcool illégale est présente sous la protection du shérif. Bref, c’est un monde dur et cruel, où les femmes n’ont que peu ou pas de place. La manière dont Clayton Lindemuth mène son récit fait que j’ai été emporté mais en même temps, j’ai toujours un peu de mal avec ce genre d’univers bien masculin qui me semble assez irritant.

J’ai aimé le personnage de Baer qui, disons-le, est le plus important de toute cette histoire. On l’apprécie tout de suite malgré son caractère d’ermite et d’homme des cavernes, peut-être parce qu’il est malgré tout un peu moins misogyne et dépourvu de morale que les autres. Il est attachant par toute l’affection qu’il porte à Fred, son chien. Fred est son pilier et Baer pourrait tuer pour lui, littéralement. Ca a un côté très émouvant de voir jusqu’où l’homme peut considérer son animal de compagnie comme un véritable ami et le venger de toutes les souffrances ressenties. La fusion entre Baer et Fred va jusqu’à la communication et j’ai beaucoup aimé cela.

J’ai bien aimé le léger pan irrationnel du récit, à savoir le don de Baer. Celui-ci s’est fait électrocuter par son frère dans son enfance et depuis, il décèle une lueur de rouge dans les yeux des menteurs et il se prend des décharges électriques en cas de mensonge important. Ce don fait avancer l’intrigue dans le bon sens et cela donne une explication au fait que Baer s’est retiré de la vie publique et se concentre uniquement sur son alcool et son chien. La confiance entre les autres et lui-même est rompue parce que tout le monde ment et il ne le supporte pas.

Il y a également beaucoup d’action dans ce roman. Peut-être un peu trop. Personnellement, j’avais la sensation à certains moments de ne pas avoir le temps de me poser vraiment et que tout s’enchaînait en délaissant un peu le lecteur. Je pense que c’est parce que j’ai peu l’habitude de ce genre de lecture et que l’univers similaire à un film d’action m’a un peu déboussolée.

En définitive, En mémoire de Fred est un roman noir qui ne ressemble pas aux romans du genre que j’ai pu lire jusqu’à présent et c’est assez perturbant. Le personnage de Baer est exceptionnel dans sa manière de pensée et son caractère mais je n’ai pas été très adepte de l’ambiance générale. Avis aux amateurs de film d’action avec des mecs bien bourrus, des flingues et des combats, ce livre est certainement fait pour vous !

10 thoughts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *