Martha & Alan – Emmanuel Guibert

BD lue dans le cadre de l’opération Priceminister #1blog1bd. Merci à Priceminister & L’association !

Titre et auteur : Martha & Alan, d’après les souvenirs d’Alan Ingram Cope de Emmanuel Guibert

Maison d’édition : L’association (Site/Facebook/Twitter)

Date de parution : 19/09/16

Nb de pages : 115

Résumé :

Martha et Alan, nouveau volet de la vie d’Alan Ingram Cope, nous replonge dans son enfance. Avec cet aparté, Emmanuel Guibert s’attache à un épisode tout particulier, celui d’une amitié qu’il a noué dès l’âge de 5 ans avec une petite fille de son école, Martha Marshall. De leurs jeux et bêtises d’enfants aux rendez-vous hebdomadaires au choeur de l’église presbytérienne, on retrouve Alan, bientôt orphelin, et son quotidien de petit californien dans une Amérique des années 1930 marquée par la Grande Dépression. Les années passant, Martha s’éloigne peu à peu à l’adolescence, jusqu’à des au revoir hâtifs à la veille de son départ pour l’armée. Avec ce souvenir au timbre nostalgique, Emmanuel Guibert donne une nouvelle fois voix à Alan et laisse transparaître avec pudeur le regret qui teinte l’évocation de celle qui fut son premier amour. Un récit, tout en couleur, composé d’images en doubles pages, qui restitue une Amérique surannée grâce à un dessin plus que jamais somptueux. Poursuivant ce qui devient peu à peu la fresque de la vie d’Alan Ingram Cope, Emmanuel Guibert rend le plus bel hommage qui soit à cet ami humble et extraordinaire qui disait « nous sommes les gens de qui nous parlons ».

Avis : ★★★★☆ (16/20)

Martha & Alan est un très bel ouvrage que j’ai pris plaisir à découvrir !

Emmanuel Guibert nous raconte une partie de la vie d’Alan Ingram Cope, un homme qu’il a rencontré et dont il retranscrit des pans de l’histoire dans de multiples ouvrages. Cette fois-ci, il s’agit d’Alan et Martha, une amie qu’il a rencontrée dans sa jeunesse.

Je n’ai pas lu les épisodes précédents de la vie d’Alan Ingram Cope. Je n’ai donc pas de précédents concernant cet homme mais j’ai tout de même apprécié ma découverte.

La bande-dessinée en tant qu’ouvrage est superbe. La couverture rigide est dans une matière qui s’assimile presque à du tissu, c’est un objet littéraire que je me réjouis de posséder dans ma bibliothèque.

Les dessins sont magnifiques. Ils oscillent entre ingénuité et gravité, c’est très complexe et intéressant à observer. La coloration est top. Bref, sur le plan graphique c’est une belle réussite !

L’histoire en elle-même est également intéressante. J’aurais pu penser que suivre un pan de la vie de cet homme que je ne connais pas m’aurait peu intéressée, à plus forte raison lorsqu’il s’agit simplement d’une amitié. Or, je me suis prise au jeu dès les premières pages entre le visuel et une narration succincte mais assez sensible qui laisse entrevoir un certain nombre d’émotions brèves mais intenses. J’ai apprécié cette amitié assez basique en somme, forte au début, avec un éloignement progressif. Il n’y a rien d’original, rien de véritablement frappant et pourtant, le tout forme un ensemble convaincant. Ça m’a un peu donné la sensation d’une histoire racontée par un aïeul, un album photo à la main avec une explication pour chaque image.

En définitive, cet ouvrage est court, intime et une réussite à bien des égards. Je suis contente d’avoir pu le découvrir et ça me donne envie d’aller lire d’autres pans de la vie d’Alan Ingram Cope !

4 thoughts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *