La maison de poupée – M.J. Arlidge

Merci aux éditions Les Escales et à Netgalley pour cette lecture !

Titre et auteur : La maison de poupée  de M.J. Arlidge

Maison d’édition : Les Escales (Site/Facebook/Twitter)

Date de parution : 30/03/16

Nb de pages : 284

Résumé :

Une jeune femme se réveille, désorientée. Elle n’est pas dans son lit mais dans une cave. Prisonnière d’un simulacre de chambre. La panique monte. Comment a-t-elle atterri là ?Pourquoi ? 

Non loin de là, des promeneurs font une découverte macabre : le corps décomposé d’une femme. Sa disparition n’a jamais été signalée : sa famille recevait régulièrement de ses nouvelles via les réseaux sociaux et n’avait donc aucune raison de s’inquiéter. Quel assassin peut être assez pervers pour jouer ainsi avec les proches de ses victimes ?

La détective Helen Grace se lance sur la piste de ce meurtrier redoutable. Un prédateur vicieux et intelligent qui ne recule devant rien. Mais elle doit faire vite. Quelque part, une femme lutte pour sa survie…

Avis : ★★★★★♥

C’est définitif : La série de M.J. Arlidge est désormais un coup de cœur, acté par ce troisième opus !

Helen Grace est de retour avec une nouvelle affaire sur les bras. Un corps a été découvert enterré sur une plage. Simultanément, la disparition de Ruby est signalée. Les deux affaires semblent liées et il faut aller vite si les enquêteurs veulent retrouver Ruby avant qu’elle ne subisse le même sort que la jeune femme enterrée trois ans plus tôt…

Ca y est, avec ce troisième épisode je peux désormais affirmer que les enquêtes d’Helen Grace me captivent et que la série est un vrai coup de cœur !

C’était pourtant mal parti avec La maison de poupée. En effet, j’ai été complètement déroutée au départ parce que l’intrigue me semblait similaire à un livre que j’ai lu récemment. C’était perturbant puisque jusqu’ici, M.J. Arlidge se démarquait justement par l’originalité des crimes mis en scène. La maison de poupée m’a fait penser au début de ma lecture à La cave de Natasha Preston. Une jeune femme kidnappée par un homme, captive dans une cave, qui doit porter le nom que souhaite son ravisseur qui la prend pour quelqu’un d’autre dans sa folie. D’autant plus que le nom dans les deux thrillers est le même. L’une s’appelle Summer et est renommée par un autre nom, l’autre s’appelle Ruby et se fait appeler Summer. C’était franchement déroutant.

Cependant, en continuant ma lecture, je me suis rendue à l’évidence, les similitudes s’arrêtaient là, l’intrigue n’avait rien à voir et elle était d’ailleurs captivante. On sombre dans une folie angoissante, perverse et sadique. M.J. Arlidge fait de son ravisseur un psychopathe qui sème la terreur dans notre esprit  de lecteur. On se demande tout au long du récit, jusqu’à obtenir les réponses, ce qui le motive à kidnapper un certain type de jeune femme, qu’il renomme Summer. L’envie de connaître son passé est immédiate et nous tenaille jusqu’à la révélation.

Le suspens est donc bel et bien présent d’un bout à l’autre de l’histoire, d’autant plus que cette fois-ci, les pistes se multiplient et nous induisent en erreur à de nombreuses reprises, ce qui n’était pas présent dans Am Stram Gram et Il court, il  court, le furet.

J’ai adoré, en plus de l’intrigue principale, toute l’ambiance autour des protagonistes de la police criminelle. Les confrontations entre Ceri Harwood et Helen Grace augmentent et l’on se surprend à vraiment craindre le pire pour Helen. Les intrigues ayant trait à la corruption et aux manipulations internes m’ont passionnée.

Tout comme Helen, j’ai été perturbée au début par le renouvellement de l’équipe qui l’entoure. Nous étions habitués aux mêmes personnages gravitant autour d’elle depuis le premier opus et au fil du temps, certains meurent, d’autres abandonnent et cela confère une impression de réalisme qui nous fait nous attacher singulièrement à la série. Charlie notamment, bien que présente en toile de fond, m’a manqué dans l’action principale et j’espère la revoir dès le prochain roman de M.J. Arlidge.

En définitive, La maison de poupée est un thriller encore une fois très réussi. Le suspens et l’angoisse nous prennent aux tripes, autant que l’ambiance générale pesante autour d’Helen et ses confrères de la police. Je n’ai qu’un hâte : la sortie VF du prochain épisode des enquêtes d’Helen Grace !

14 thoughts

    1. Cet auteur est génial ! J’ai tenté de commencer par La maison de poupée mais c’est impossible, il faut commencer par le premier et suivre l’ordre sinon on ne comprend pas grand chose aux affaires internes des personnages. :)

  1. Je l’ai sur ma liseuse mais je n’aime pas ma liseuse, j’ai l’impression de ne rien tenir entre mes mains c’est très désagréable TT Du coup j’attendrais peut-être sa sortie en poche, ce livre m’intéresse et ta chronique me motive encore plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *