L’Insigne du Boiteux – Thierry Berlanda

L'Insigne du Boiteux de Thierry Berlanda
L’Insigne du Boiteux de Thierry Berlanda

Je remercie Thierry Berlanda et les éditions La Bourdonnaye grâce à qui j’ai pu lire ce roman!

Titre et auteur : L’Insigne du Boiteux de Thierry Berlanda

Maison d’édition : La Bourdonnaye

Date de publication :  26/02/2014

Nb pages : 266

Résumé :

Un assassin, qui se fait appeler le Prince, exécute des mères de famille sous les yeux horrifiés de leurs jeunes fils âgés de 7 ans. Opérant à l’arme blanche avec une rare sauvagerie, le meurtrier taille ses victimes en lanières. Telle est la punition qu’il inflige. Mais qui punit-il ? Et de quoi ?
Pour répondre à ces deux questions fondamentales, le commandant Falier s’adjoint les services du professeur Bareuil, spécialiste des crimes rituels, « retraité » de la Sorbonne, et de Jeanne Lumet, qui fut sa plus brillante élève. Or la jeune femme est mère d’un petit garçon de 7 ans. Détail qui n’échappera sans doute pas au Prince…

 

Dès les premières pages, l’auteur nous plonge dans une descente vertigineuse au fin fond de la folie meurtrière. Certaines figures cauchemardesques prennent vie dans notre réel. Le Prince est de celles-là. Gageons que cette créature qui se nourrit de nos peurs hantera longtemps nos mémoires.

Thierry Berlanda est écrivain, philosophe, auteur-compositeur et conférencier. Ses romans explorent des genres très différents. L’Insigne du Boiteux est le premier qui paraît aux éditions La Bourdonnaye.

Avis : ★★★★☆

J’ai beaucoup aimé me plonger dans le sombre univers de L’Insigne du Boiteux.

Je ne sais pas vous, mais moi le résumé me donnait vraiment très envie. Cette histoire de « Prince » attisait vraiment ma curiosité ! Le contenu du roman ne m’a pas déçue et j’en suis ravie.

L’Insigne du Boiteux est un très bon thriller. L’atmosphère est glaçante, très obscure, à la limite de l’oppressant tant les crimes qui sont commis sont d’une rare ignominie. Le suspens est bien présent, jusqu’au bout du récit. Je me suis dit plusieurs fois « Ah mais oui, c’est sûr que c’est lui Le Prince, pff c’est évident… » et puis en fait, non, ça n’était pas lui Le Prince. Cette question m’a obsédée tout au long de ma lecture.

On éprouve réellement une sorte de magnétisme morbide envers cet assassin qui s’apparente à un grand dignitaire persan. J’ai été un peu mal à l’aise vis-à-vis de cela puisque si ses actes m’ont absolument révoltée et choquée, j’ai également ressenti une espèce d’empathie pour sa personne. Le vécu de l’enfance est bien souvent décisif de notre destinée et pour Le Prince, ça l’est malheureusement.

Angoissée, frustrée de ne pas arriver à cerner ce fameux assassin tout au long de ma lecture, je me suis aussi retrouvée à plusieurs moments exaspérée. Exaspérée par ces personnages qui occupent le rôle de commandant, lieutenant, bref, toutes ces personnes censées assurer la vie de notre protagoniste Jeanne et démasquer le coupable. Ils sont aigris pour certains mais surtout, ils n’ont vraiment pas inventé l’eau chaude ! Heureusement que Jeanne et cet odieux Bareuil que je n’ai pas supporté, était là pour faire avancer l’enquête sinon nous y serions encore. Bien qu’il ne m’apparaisse pas très malin, j’ai tout de même aimé le commandant Falier et son côté bourru affectueux.

Concernant l’écriture, j’ai été un peu surprise au début de ma lecture de constater que le récit était écrit au présent alors que la narration est à la troisième personne. Ca n’est pas très courant mais au final, je trouve que ça donne un plus au roman. On vit le récit en même temps que les personnages et ça m’a semblé être une bonne chose pour le ressenti des émotions. J’ai vraiment été stressée tout au long de ma lecture pour Jeanne et son fils, Léo. Par ailleurs, j’ai bien aimé la relation qui s’animait entre Jeanne, Paul et Léo, j’aurais aimé en savoir plus. Pour finir sur la narration, j’ai trouvé très sympathiques toutes les comparaisons originales et loufoques dans le récit. Elles apportent une touche d’humour qui déride l’atmosphère pesante pour le plaisir du lecteur.

En bref, L’Insigne du Boiteux est un thriller très bien construit que j’ai adoré lire et j’ai hâte de me pencher sur la suite de l’histoire à savoir La Fureur du Prince. Si j’ai trouvé que l’histoire était un peu courte, je n’ai au moins pas eu le temps de m’ennuyer. Un bon thriller angoissant !

 

/!\ N’oubliez pas que vous pouvez remporter ce roman en format broché, dédicacé et offert généreusement par l’auteur avec le concours actuel ICI. Bonne chance ! /!\

6 thoughts

    1. thank you bro for your shows, your great ear for finding some of the best relaxing music around. I know you are going to raise the bar higher for all of us in this potnasdicg community for 2009Be Blessed/Be Safe/Have a Wonderful 2009 and beyond

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *