Les fauves – Ingrid Desjours

les fauves

Un énorme merci à La Bête Noire pour ce thriller qui m’a transportée !

Titre et auteur : Les Fauves d’Ingrid Desjours

Maison d’édition : Robert Laffont / La Bête Noire (Site/Twitter/Facebook)

Date de publication : 08/10/15

Nb pages : 440

Résumé :

Votre pire prédateur : Celui qui vous aura apprivoisé.  » Torturez-la ! Violez-la ! Tuez-la !  » À la tête d’une ONG luttant contre le recrutement de jeunes par l’État islamique, l’ambitieuse Haiko est devenue la cible d’une terrible fatwa. Lorsqu’elle engage Lars comme garde du corps, le militaire tout juste revenu d’Afghanistan a un mauvais pressentiment. Sa cliente lui a-t-elle dit l’entière vérité sur ses activités ? Serait-ce la mission de trop pour cet ancien otage des talibans ? Dans cet univers où règnent paranoïa et faux-semblants, Haiko et Lars se fascinent et se défient tels deux fauves prêts à se sauter à la gorge, sans jamais baisser leur garde.

Avis : ★★★★★

Les fauves, un thriller d’excellent cru qui a su me tenir en haleine de la première à la dernière page !

Nous rencontrons dans cet ouvrage, Haiko, jeune femme œuvrant pour toute sorte de causes, notamment celle des jeunes recrutés en Syrie pour servir l’Etat islamique. Son objectif est de les déconditionner pour leur réapprendre à s’adapter à la société et leur faire oublier tout ce qu’on leur a fait croire durant leur lavage de cerveau. A cause de cela, elle est la cible d’une fatwa et sa mère, la grande journaliste Katia Homoreanu engage un garde du corps, Lars, un ancien légionnaire.

Je tiens d’abord à saluer l’auteur pour le sujet de son roman. En effet, c’est la première fois que je lis un thriller portant sur un sujet d’actualité (Daesh en l’occurrence) et je trouve que c’est très innovant ! Il s’agit d’une grande force parce qu’à mon sens, l’immersion dans l’univers est instantané. L’univers, bien que fictif, est si similaire au contexte actuel qu’un temps d’adaptation n’est nullement nécessaire. J’avoue avoir été embarquée dans l’histoire en un temps record !

Je dois dire que j’ai été autant fascinée par l’intrigue que par les personnages. L’histoire est réellement captivante. On change de suspect à chaque chapitre tant l’auteur nous balade à sa guise et le doute est bel et bien présent jusqu’à la fin. Il s’immisce discrètement dès le départ pour ne plus nous lâcher jusqu’au dénouement. Ce qui est  particulièrement enthousiasmant avec ce thriller c’est qu’on se demande de bout en bout, à quel point chaque personnage est coupable. On en vient au point où l’on ne se demande plus « qui » est coupable, mais dans quelle mesure le sont chaque personnage tant chacun apparait plus ou moins comme une figure douteuse. Car effectivement, si l’on s’attendrit sur un personnage durant quelques pages, il nous parait des plus instables la seconde d’après et cette sensation de soupçon ne nous quitte plus guère dès lors.

Les personnages sont excellemment travaillés. Je pense sincèrement qu’il s’agit du thriller dont les personnages m’ont le plus impressionnée de toutes mes lectures jusqu’à présent. L’auteur leur confère une telle épaisseur psychologique qu’ils évoluent presque de l’état de personnages à celui de personnes. Haiko et Lars sont des protagonistes dotés de caractères méticuleusement soignés et réalistes. A l’instar d’une personne que l’on rencontre tous les jours, l’hésitation à leur égard est effective à tout moment. On se demande si l’on ne se fait pas avoir par une hypocrisie parfaitement maîtrisée, si untel n’essaie pas d’abaisser nos barrières en nous émouvant pour mieux nous manipuler par la suite. Chaque instant, chaque personnage est soumis au soupçon et il est juste de penser que le lecteur ne peut se reposer que sur lui-même.

L’ambiance du récit est terriblement angoissante. Le danger semble être à portée de main à tout moment, tous les personnages nous apparaissent comme des coupables potentiels. Une véritable atmosphère de terreur et de doute s’instaure d’une manière si maîtrisée que l’on en vient à se dire que l’auteur réussit le pari fou de manipuler le cerveau de ses lecteurs à distance. J’ai particulièrement aimé cette tension que l’on ressent dès le départ, qui s’accroît à chaque page, intrinsèque au récit, pour devenir immensément intense à l’approche du dénouement.

En bref, Les fauves est un thriller qui est à mon sens, un coup de génie par son thème lié au contexte social actuel et ses personnages parfaitement réalistes et complexes, qui offrent une crédibilité indiscutable au récit. Je lirai d’autres romans de cet auteur, c’est une certitude !

6 thoughts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *