L’avenir – Catherine Leblanc

L'avenir

Titre et auteur : L’avenir de Catherine Leblanc

Maison d’édition : La Rémanence (Site/Facebook/Twitter)

Date de publication :  15/04/14

Nb pages : 120

Résumé :

Troublée par le départ brutal de sasœur aînée, la jeune Charlène a du mal à trouver sa place et son identité. Le quotidien lui pèse car l’avenir lui semble fermé et sans espoirs. Petit à petit, elle s’ouvre au monde, découvre l’amour et commence à conquérir son autonomie. Ce beau récit, avec beaucoup de douceur et de sensibilité, raconte cette délicate étape de séparation et de construction. Il fait surgir toute la fragilité, l’intensité et la beauté de ces années de passage.

Avis : ★★★★☆

J’ai apprécié ma lecture de L’avenir de Catherine Leblanc.

Nous rencontrons Charlène, alors que sa soeur Agnès est sur le point de partir, pour ne peut-être jamais revenir. Charlène est alors livrée à elle-même, seule, sans repère, sans écoute. Il y a bien sa mère, mais elle la considère plus comme un poids que comme une présence rassurante. Alors Charlène commence à vivre par elle-même, expérimente l’amour, l’amitié, la vie.

J’ai aimé ma lecture de L’avenir pour l’écriture en elle-même que je trouve fluide, sans fioriture. Seuls les points importants sont relatés, l’auteur ne passe pas par quarante chemins pour aller droit au but. L’écriture est légère, le livre se lit agréablement.

Paradoxalement, si l’écriture m’a plu dans sa globalité, je n’ai cependant pas trouvé qu’elle procurait beaucoup d’émotions. Il y a une sorte de distance établie entre la narratrice et le lecteur qui empêche de créer un lien reposant sur l’empathie à mon sens. J’ai été un peu déstabilisée car ce qui me plait en général dans une lecture, c’est de construire une relation entre le protagoniste et moi, ressentir ses émotions. Ca n’a pas vraiment été le cas ici mais c’est peut-être voulu par l’auteur.

Il y a évidemment des sentiments prédominants que l’on est bien entendu obligé de comprendre et d’appréhender dans notre lecture. La peur irrationnelle de la perte en fait partie. Charlène est entourée d’abandons et construit sa personnalité sur ce fait. J’ai aimé la manière qu’a l’auteur de fabriquer cette psychologie complexe bien qu’adolescente sur les expériences, presque traumatismes en réalité, passées.

J’ai également aimé tout le pan “roman d’apprentissage” conféré au récit qui est très réussi à mon sens. Charlène part d’un caractère dépendant de tout ce qui l’entoure, d’une personnalité trouble et perdue dans son environnement. Elle devient finalement une femme qui, bien que toujours en proie à certaines incertitudes, devient plus mature, plus réfléchie dans sa manière d’appréhender le monde.

En définitive, j’ai aimé ce récit que je trouve beau et raffiné, dont le mot d’ordre est “sensibilité”. J’aurais aimé que le roman soit peut-être plus long, plus approfondie dans cette recherche de soi cela dit, ce qui aurait peut-être permis d’établir un lien plus fort entre protagoniste et lecteur. C’est un roman que je conseille pour quelques heures de lecture qui donnent à réfléchir par la suite.

300dpi

Retrouvez L’avenir sur Leslibraires.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *