Les larmes de Cassidy – Amy Wane

les-larmes-de-cassidy

Titre et auteur : Les larmes de Cassidy de Amy Wane

Maison d’édition : Charleston (Site/Twitter/Facebook)

Date de publication : 09/11/16

Nb pages : 464

Résumé :
Paris, 1935. 

Matthew Alban-Wilson est un jeune et brillant docteur qui exerce dans un hôpital parisien. Il s’intéresse tout particulièrement à une patiente dans le coma, arrivée sept ans plus tôt. Lorsque celle qu’il a prénommée Blanche se réveille miraculeusement, le docteur ne peut refréner sa curiosité.

Inspiré par les travaux de sa mère, écrivaine, et de sa grand-mère, psychiatre, Matthew demande à Blanche de lui raconter son histoire.
La jeune femme est en réalité Cassidy McMurray, une aristocrate irlandaise. De Clifden à Paris en passant par l’Inde, les mots de Cassidy et la plume de Matthew retracent l’histoire d’une fille de l’Eire, l’histoire d’une femme du xxe siècle.

Mais avec près d’une décennie perdue, Cassidy retrouvera-t-elle le goût de vivre ?

Avis : ★★★★☆

J’ai aimé Les larmes de Cassidy qui est un roman touchant.

Le roman débute en 1934, en France, où nous faisons la rencontre de Matthew, médecin, qui veille sur une patiente dans le coma depuis sept ans. Tout le monde l’appelle Blanche. Elle se réveille enfin par miracle, et si elle ne parvient pas à savoir qui elle est dès son réveil, les souvenirs affluent au fur et à mesure. Elle s’appelle en vérité Cassidy McMurray, elle est irlandaise et le roman dévoile son histoire.

J’ai aimé ce roman d’une part pour son écriture. Je trouve qu’Amy Wane écrit très bien, de manière fluide. Les mots se transforment en images lors de la lecture tant tout est bien narré et c’est très agréable.

J’ai aimé l’idée de départ, d’une patiente dans le coma depuis de nombreuses années. Cela provoque un véritable mystère autour du personnage central et le suspens est incontestablement présent dès le commencement. Tout nous donne envie de découvrir qui elle est, d’où elle vient, son histoire et surtout, savoir comment cette trentenaire irlandaise s’est retrouvée en France, dans le coma de surcroît.

Toute la première partie m’a beaucoup plu puisque l’on rentre dans le vif du sujet. Cassidy se souvient de son histoire et l’auteur nous plonge alors dans un long flashback permettant de comprendre l’enfance de Cassidy. Si le roman débute avec une Cassidy trentenaire, il offre en réalité toute l’histoire de sa vie, de sa naissance à ses derniers jours (elle vivra un siècle). L’histoire se focalise réellement sur l’intégralité de la vie d’un personnage, et j’ai beaucoup aimé cet aspect. A la fin, nous avons l’impression d’avoir vécu une vie entière aux côtés de Cassidy.

Bien évidemment, si j’ai trouvé cette continuité plaisante, l’histoire comporte également quelques passages qui peuvent paraitre assez longs et monotones. Il n’est pas facile de rendre intéressant de bout en bout une vie entière. Le roman est réellement captivant par moments et un peu moins à d’autres. A la fin de ma lecture, j’ai éprouvé un sentiment mitigé entre la satisfaction de connaître tous les événements de la vie de Cassidy et le soulagement d’avoir terminé ma lecture qui me paraissait quelque peu tirée en longueur.

J’ai apprécié un bon nombre de thèmes abordés. L’aristocratie est un monde qui nous est offert dans ses bons et ses mauvais côtés. On perçoit rapidement que les apparences sont primordiales dans cet univers, parfois au détriment du bonheur d’un personnage. La romance quant à elle, est traitée sous tout un tas d’aspects, de la joie au drame, en passant bien souvent par la désillusion. La violence est plutôt présente dans le roman également. J’ai notamment beaucoup été touchée par la violence verbale et la violence de l’ignorance que la mère de Cassidy inflige à sa fille, durant son enfance. J’ai trouvé tous ces passages traitant de la relation mère-fille (même si à l’échelle du roman ils sont peu nombreux) très durs à lire, tant ils paraissent réels et douloureux. La relation parent – enfant est un thème que l’on retrouve abondamment dans le roman, parmi toutes les familles que l’on nous présente. J’ai trouvé ça très intéressant.

En revanche, j’émettrais un bémol sur le nombre de personnages que je trouve beaucoup trop imposant. Il y a un nombre incroyable de personnes à rencontrer et donc de noms à se remémorer et j’ai eu vraiment du mal à m’y retrouver au début (enfin jusqu’au milieu du roman). J’ai également été un peu déçue de l’épilogue qui m’a semblé bien trop long  pour un épilogue justement. Enfin le terme « long » n’est pas franchement exact, je dirais plutôt « condensé ». En effet, les soixante-dix dernières années de la vie de Cassidy nous y sont narrées et cela donne une impression désagréable de « vite fait ». Les trente premières années de la vie de Cassidy sont racontées en 400 pages et en une dizaine de pages, on nous raconte extrêmement rapidement les soixante-dix dernières, donnant un sentiment très étrange de déséquilibre et de rapidité.

En définitive, Les larmes de Cassidy est un roman extrêmement complet, approfondi dans ses thèmes. On voyage de l’Irlande à la France, du début des années 1900 aux années 1930. C’est un roman prenant, qui malheureusement comporte également quelques passages qui trainent en longueurs. Néanmoins, c’est une bonne lecture que je conseille !

300dpi

Retrouvez Les larmes de Cassidy sur Leslibraires.fr

One thought

Répondre à Holly Goli Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *