La vie aux aguets – William Boyd

la vie aux aguets

Je remercie Manon des éditions Points pour l’envoi de ce roman ! :)

Titre et auteur : La vie aux aguets de William Boyd

Maison d’édition : Points (Le site/Twitter/Facebook)

Date de publication : 07/02/15

Nb pages : 396

Résumé :

Ruth est inquiète. Depuis quelques semaines, le comportement de sa mère est pour le moins étrange : elle se sent épiée et ne cesse de répéter qu’elle court un grave danger. Qui pourrait donc s’en prendre à une vieille femme menant une existence paisible dans un cottage anglais? Personne.
A moins que cette femme ne soit pas tout à fait celle qu’elle prétend être…

Avis : ★★★★☆

Pour résumer mon impression sur La vie aux aguets en un mot, je dirais sans hésiter : Captivant.

Le récit se déroule en 1976, en Angleterre. Ruth est inquiète car sa mère, Sally Gilmartin semble sujette à la paranoïa. Effectivement, cette dernière craint pour sa vie. Ruth qui ne conçoit pas qu’une vieille dame anglaise de bonne famille puisse être menacée se voit alors confrontée à une réalité qu’elle n’aurait jamais envisagé. Sa mère se révèle être une ancienne espionne active durant la seconde guerre mondiale et désormais décidée à tout raconter.

J’adore les romans d’espionnage, c’est un univers qui me fascine. Alors que dire d’un roman d’espionnage qui mêle l’Histoire à la fiction. En effet, William Boyd l’explique très bien à la fin du livre, si les personnages et les péripéties sont fictifs, tout repose pourtant sur faits avérés qui se sont véritablement produits lors de la guerre. Cette dynamique historique du roman est passionnante et instaure intrinsèquement une ambiance plus que crédible.

Même si au sortir de ma lecture je suis extrêmement emballée et satisfaite, je dois avouer que j’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire. Ce qui fait la force du récit avec du recul, a été un inconvénient pour mon immersion au départ. Chaque chapitre est coupé en deux. D’un côté nous avons une narration à la première personne nous relatant la vie de Ruth, d’un autre celle d’Eva Delectorskaya (alias Sally Gilmartin, la mère de Ruth) à la troisième personne. Alterner les points de vue de cette manière lorsque l’on ne connait pas encore les personnages est assez difficile pour une question de repères. J’avais tendance à confondre tous les personnages ou ne plus me rappeler tout simplement de certains. Avec l’avancée dans l’histoire, tout se met en place fort heureusement.

Justement, cette alternance de points de vue après m’avoir déstabilisée m’a complètement séduite car elle ménage amplement le suspens. Alors que l’histoire contemporaine de Ruth nous passionne, on se retrouve projeté dans le passé avec celle d’Eva Delectorskaya. Une fois que celle-ci nous galvanise à son tour, le récit s’interrompt pour se focaliser à nouveau sur Ruth. C’est très intelligent et surtout bien fait, car ce genre de double narration peut parfois être extrêmement gênant s’il est construit malhabilement –ce qui n’est absolument pas le cas ici.

J’ai également éprouvé un grand plaisir en imaginant les réactions de Ruth, à la découverte des éléments de vie secrets de sa mère. En effet, lorsque nous lecteurs, nous retrouvons à lire La vie d’Eva Delectorskaya, il s’agit en réalité de la découverte simultanée de Ruth qui lit le texte en même temps. Je trouve que c’est ingénieux de la part de William Boyd puisqu’il instaure ainsi une sorte de complicité entre le protagoniste et le lecteur qui avancent dans l’histoire à pas égal.

En définitive, j’ai beaucoup apprécié La vie aux aguets qui me semble être un très bon roman d’espionnage, très instructif également sur l’histoire de la seconde guerre mondiale et ses secrets. C’est une très bonne découverte !

Pour information : Les éditions Points ont crée une magnifique édition collector en tirage limité de cet ouvrage. Je vous la conseille vivement, personnellement je suis fan !

aguets collector
Cliquez pour + d’info

One thought

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *