La maison aux secrets – Catherine Robertson

Je remercie Elise & les éditions Charleston pour cette belle lecture ! :-)

Titre et auteur : La maison aux secrets de Catherine Robertson

Maison d’édition : Charleston (Site/Facebook/Twitter)

Date de parution : 22/11/16

Nb de pages : 150

Résumé :

Depuis que son petit garçon a été renversé par une voiture, April Turner ne vit plus. Cela fait cinq ans maintenant qu’elle s’est écartée de tout ce qu’elle aime et de tous ceux qui l’aiment, et entend bien continuer son existence ainsi.

Lorsqu’une lettre lui parvient de la part d’un notaire anglais, l’informant qu’elle est l’héritière d’une propriété abandonnée en Angleterre, Empyrean, la jeune femme tente de résister. Mais le mystère entourant cet héritage est intrigant, et elle décide de quitter temporairement la Nouvelle-Zélande pour le vieux continent, où elle va rencontrer des habitants étonnants, notamment Sunny, dite Lady Day, qui approche des 90 ans.

Sunny avait connu Empyrean lors de son âge d’or, et son histoire rend le passé encore plus vivant. Mais April sera-t-elle prête à renoncer à ses principes pour, enfin, revivre à nouveau ?

Une histoire qui vous apprend ce que signifie être vivant…

Avis : ★★★★☆

La maison aux secrets m’a fait passer un très bon moment !

Nous rencontrons April, alors qu’elle apprend qu’elle est l’héritière d’une grande maison en Angleterre. April ne veut pas y penser, ne veut même pas songer à changer de vie. Depuis que son fils est mort il y a cinq ans, elle n’est résolu qu’à exister, purement et simplement, avoir la vie la plus simple et la plus fade qu’il puisse se faire. Mais l’envie de la voir, juste pour la vendre, est plus forte que tout…

Tout d’abord, quel plaisir de me replonger dans un roman des éditions Charleston ! Ca m’envoie dans une douce nostalgie en repensant à l’année dernière lorsque j’étais Lectrice Charleston !

J’ai beaucoup aimé La maison aux secrets avant tout pour le personnage principal, April, qui est incroyablement touchante ! April est une femme scindée en deux. On le constate de manière troublante lorsqu’elle évoque sa vie d’avant et sa « nouvelle vie », marquée par la mort de Ben, son enfant. Les différences entre ses deux vies, entre les deux April sont immenses et renforcent l’empathie que nous ressentons immédiatement à son égard, et ce dès la première ligne. J’ai eu du mal à concevoir cette vie presque pénitente que s’inflige April durant tout le roman mais plus je connaissais son histoire, plus j’essayais de me mettre à sa place et il m’est apparu que je pouvais concevoir cette vision des choses. La personnalité d’April et son deuil si profond m’ont beaucoup émue, j’en avais le cœur serré à de multiples reprises.

Je tire mon chapeau à l’auteur, parce que j’ai véritablement ressenti les émotions transmises avec une facilité déconcertante. La tristesse et le désarroi d’April me submergeaient par vagues à certains moments, au même titre que les sursauts d’espoir qui rythment sa nouvelle vie, bien qu’elle se démène pour les étouffer dès leurs naissances. L’écriture m’a transportée, fait vivre des moments intenses, de désespoir parfois, et c’est une vraie qualité pour un roman.

J’ai été sensible également à l’atmosphère du récit, qui commence à mon sens avec la première apparition physique de l’Empyrée. Même si April n’en veut pas, on sent qu’elle en tombe amoureuse au premier regard, qu’il s’agit d’une tentation extrême et nous aussi en tant que lecteurs, succombons à cette charmante bâtisse qui en inspirerait plus d’un.

J’ai apprécié tous les personnages du récit qui gravitent autour de l’Empyrée d’ailleurs. Qu’il s’agisse des personnages du XXème siècle comme du XXIème. L’amitié complexe qui lie les quatre protagonistes de l’histoire relatées dans les analepses est captivante. J’ai beaucoup aimé suivre les relations fortes et pourtant ambiguës par moment entre Sunny, James, Rowan et Lily.

De la même manière, j’ai tout autant adoré la Sunny du XXIème siècle et ses presque 90 ans, qui n’a en rien perdu de sa fougue. C’est un sacré bout de femme au tempérament incroyable ! Je pense aussi au personnage de sa mère, Dimity, qui est une femme exemplaire et particulièrement inspirante.

J’ai également apprécié les personnages masculins comme Oran qu’il est impossible de ne pas aimer. Il est attachant, sympathique, drôle et peut faire surgir un sourire par sa seule présence. De la même manière Edward est infiniment charmant par son humour et sa force d’esprit. Seul le personnage de Jack, qui a une place plutôt importante m’a laissée perplexe. Je n’ai jamais vraiment réussi à m’y faire et à l’appréhender. Mes sentiments à son égard étaient ambivalents, oscillants entre affection et malaise.

La seule chose dans le roman qui m’a un peu déçue est la fin. J’ai trouvé qu’elle était un peu trop tirée en longueur, avec quelques chapitres très courts qui à mon sens n’étaient pas véritablement importants pour l’essence du livre.

En définitive, La maison aux secrets est un roman captivant dont l’atmosphère vous retourne l’esprit et le personnage d’April, les tripes. J’ai été séduite par tout cet ensemble et vous enjoins vivement à découvrir ce roman !

Retrouvez La maison aux secrets sur Leslibraires.fr

 

9 thoughts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *