La bonne distance – Eve Chambrot

la bonne distance

Je remercie les éditions Envolume grâce à qui j’ai pu lire cet ouvrage par le biais d’un concours. :)

Titre et auteur : La bonne distance : Lettres à un prix Goncourt d’Eve Chambrot

Maison d’édition : Envolume

Date de publication : 17/05/14

Nb pages : 160

Résumé :

Qui n’a jamais rêvé de rencontrer «en vrai» un prix Goncourt ? Une lectrice audacieuse tente d’établir une correspondance avec l’écrivain qui se dérobe. Puis un jour, le miracle a lieu : il répond. Les lettres envoyées comme des bouteilles à la mer dessinent son portrait en creux et l’esquisse d’une étrange relation. Fantasme et réalité tissent ensemble une trame bien difficile à démêler et le roman invite le lecteur à un jeu de piste jubilatoire.

Avis : ★★★★☆

J’ai trouvé La bonne distance profondément original et intéressant !

Dans cet ouvrage, la narratrice, fervente admiratrice de Michel Houellebecq décide un jour d’entreprendre une correspondance avec ce dernier. Sans grande surprise, il ne lui répond pas mais elle ne se décourage pas pour autant et continue. Jusqu’au jour où l’écrivain de renom lui répond, pour sa plus grande joie…

J’ai commencé ce livre particulièrement intriguée. Une relation épistolaire à sens unique, avec Michel Houellebecq qui plus est, c’est un sujet pour le moins original ! Et puis, force est de constater que je me suis prise au jeu et que j’ai été captivée au fur et à mesure des lettres, lisant ainsi l’ouvrage en une heure à peine.

J’aimerais d’abord m’arrêter sur l’aspect physique du livre que j’aime beaucoup. Que ce soit le format, la police ou les couleurs, tout me séduit par l’originalité présente. J’ai particulièrement apprécié le décor à l’effigie de la couverture, dans le texte. C’est très agréable !

J’ai adoré la plume de l’auteur que je trouve très fluide, très agréable. De l’écriture découle une authenticité, une sincérité des sentiments de notre narratrice justement retranscrits. Les phrases s’enchaînent, belles et mélodiques et les lettres défilent sous les yeux sans que l’on ne s’en aperçoive.

Au départ, je dois bien avouer que j’avais la sensation que cette correspondance était étrange, presque malsaine. Pourquoi la narratrice tient-elle tant à continuer cette relation inexistante ? Pourquoi raconte-t-elle des choses si intime à un inconnu (aussi connu soit-il malgré tout…) ? J’avais le sentiment qu’elle était trop intrusive, trop envahissante, tout en me disant que cela ne m’étonnait pas que l’auteur à qui elle s’adressait ne réponde pas. Puis je me suis prise d’affection pour cette femme, elle a réussi à m’émouvoir. Et pour tout vous dire, la fin, brutale, m’a bouleversée.

En bref, il me semble que La bonne distance (qui porte ingénieusement son nom) est un livre très original et très intéressant, même pour celui que Houellebecq n’intéresse pas tellement à l’origine (ce qui est mon cas) ! Une belle surprise, une belle découverte !

2 thoughts

  1. Merci beaucoup pour cette chronique qui me fait très plaisir ! C’est très agréable d’avoir des retours de la part des lecteurs/lectrices, et encore plus quand ils les font partager à d’autres. Encore merci !
    Cordialement,
    Eve Chambrot

Répondre à ECham. Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *