Il était une lettre – Kathryn Hughes

il était une lettre

Titre et auteur : Il était une lettre de Kathryn Hughes

Maison d’édition : Calmann-lévy (Site/Twitter/Facebook)

Date de publication : 03/02/16

Nb pages : 368

Résumé :
Le roman le plus bouleversant du moment

À plusieurs décennies d’intervalle…
Deux histoires d’amour brisées en plein vol.
Deux destins de femmes au coeur meurtri.
Une simple enveloppe peut-elle contenir la clé du bonheur ?
Et le chagrin d’une femme saurait-il illuminer la vie d’une autre ?

Avis : ★★★★★

Il était une lettre est un roman passionnant, émouvant, déchirant.

L’histoire commence de nos jours avec deux grands-parents et leur petite fille. Celle-ci pose une question à sa grand-mère qui la ramène à ses souvenirs et le véritable récit débute. La narration nous promène entre deux époques, différents personnages, dont le destin semble lié par une lettre. Tina, une jeune femme malheureuse, marié à un homme extrêmement violent, trouve par hasard une lettre dans les poches d’un vieux costume. Des années plus tôt, Chrissie tombe profondément amoureuse de Billy, un jeune homme que son père cherche à anéantir par tous les moyens. Deux vies brisées qui nous seront narrées au fil des années, dans une atmosphère accablante où le bonheur semble difficilement atteignable.

Pour une fois je suis d’accord avec la phrase d’accroche de la quatrième de couverture, ce roman est terriblement bouleversant. Les destins de nos personnages sont particulièrement poignants et l’on ressort profondément ému de ce récit.

Par bien des thèmes, ce roman m’a fait penser au premier tome des Années du silence de Louise Tremblay d’Essiambre. Un amour impossible, une grossesse inattendue mais non moins désirée, le déshonneur s’abattant sur une famille, l’envoi dans un couvent, l’ignoble traitement des religieuses pour purger ces « trainées pleine de vices », tant de sujets douloureux traités avec émotion et réalisme. L’atmosphère d’Il était une lettre est extrêmement lourde et écrasante de désarroi. A plusieurs reprises, je me suis retrouvée le souffle coupé, une boule dans la gorge tant les drames que subissent les personnages me paraissaient insoutenables.

L’écriture de l’auteur est tellement réaliste qu’on ne peut que penser à toutes ces femmes qui souffrent véritablement de l’injustice et la violence qui s’abattent sur Tina et Chrissie. La violence conjugale, le déshonneur d’une grossesse en dehors du mariage, la perte tragique d’un enfant, des souffrances insupportables qui ont et qui régissent encore la vie de certaines par malheur.

Tina tout particulièrement est une femme dont la destinée m’a émue jusqu’aux larmes. Son chagrin est considérablement perceptible, intense. Elle est plongée dans l’emprise d’un homme manipulateur, d’un pervers narcissique prêt à tout pour la garder prêt de lui. Le réalisme du comportement de Tina m’a parfois pris à la gorge. On la comprend tout en voulant la secouer pour la faire réagir. On sent à l’avance le drame vers lequel elle se dirige, on aimerait la prévenir, mais on ne peut rien faire. On reste extérieur à l’histoire, spectateur de sa soumission jusqu’au point de non retour.

Le destin de Chrissie est tout aussi accablant. Elle-même se retrouve sous l’emprise d’un homme, son père. Un homme austère qui semble dépourvu de cœur, dépouillé de toute la substance qui constitue l’humanité. Chrissie émeut par ses choix, ceux que l’on prend pour elle et ce que la vie lui fait endurer injustement.

Certains personnages sont si abjects qu’il est parfois difficile de faire face à l’histoire et continuer sa progression. Néanmoins, aussi insupportable que soit cette lecture par son atmosphère de terreur, le réalisme du récit est à couper le souffle et l’on ne peut que saluer le talent de Kathryn Hughes.

En définitive, Il était une lettre est un roman absolument bouleversant qu’il est nécessaire de lire à mon sens. Il nous ouvre les  yeux sur des phénomènes de société extrêmement importants et nous fait vivre un immense torrent d’émotions. Si la souffrance est légion dans cette histoire, soyez également assurés que l’espoir fait littéralement vivre et n’est jamais si loin qu’on ne le pense… A lire assurément !


Dans le même genre…

 

15 thoughts

    1. Je trouve que c’est un très bon roman ! A certains moments, l’envie de le lâcher se fait sentir tant certains passages sont insoutenables de réalisme, mais il faut tenir bon. Il vaut vraiment le coup !

  1. Aaaaah trop cool que tu aies aimé ! Ce livre me fait baver depuis qu’on en parle (avant sa sortie quoi !) Il me tente beaucoup et si tu le compares avec Les années du silence, c’est que ça doit être vraiment bien ! ;) Bon, par contre, je vais attendre la sortie poche 8)

    1. Moi j’ai été sous le charme parce que c’est exactement le genre de lecture que j’apprécie, mais je peux concevoir qu’il ne plaise pas. En tout cas je te le conseille personnellement ! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *