Il était un secret – Kathryn Hughes

Un grand merci aux éditions Calmann-Lévy pour cette lecture !

Titre et auteur : Il était un secret de Kathryn Hughes

Maison d’édition : Calmann-Lévy (Site/Facebook/Twitter)

Date de parution : 08/02/17

Nb de pages : 352

Résumé :

Le terrible secret d’une femme peut-il
en sauver une autre des décennies plus tard ?

Une virée entre amis s’achève en tragédie.

Une jeune veuve trouve un bébé abandonné sur le pas de sa porte.

Une mère se bat pour sauver son fils de la maladie.

Alors que ces destinées brisées par le temps nous plongent dans
des tourbillons d’émotion, la force de l’amour leur permettra de se croiser
et de s’unir sous le sceau d’un secret enfin révélé.

Avis : ★★★★★

Encore une fois, me voilà submergée d’émotions grâce à la plume de Kathryn Hughes !

Il était un secret c’est l’histoire d’une poignée de personnages qui subiront tous une perte, un drame qui leur coûtera cher. Une poignée de personnages que l’on se met à aimer ou à détester, mais qui ne laisse aucunement insensible.

J’avais été bouleversée par ma lecture d’Il était une lettre l’année dernière et c’est tout naturellement que j’ai voulu découvrir le nouveau roman de Kathryn Hughes pour retrouver sa plume. Je n’ai pas été déçue : Il était un secret est un roman tout aussi beau et intense.

Le roman commence très fort avec le personnage de Mary, qui affronte un double drame d’une cruauté sans nom. Nous sommes fixés, l’histoire sera douloureuse et le lecteur n’en sortira pas indemne. L’on pourrait penser que Mary est le personnage principal du roman, mais il ne l’est pas. Il constituera en quelque sorte le personnage fantôme, qui reste présent en filigrane sans être au-devant de la scène. Et c’est par cette femme que l’interrogation principale du récit se créer : Quel est le secret que Mary a emporté dans sa tombe avec elle ?

L’histoire est scindée en deux dans la narration. Kathryn Hughes nous fait voyager entre passé (dans les années 70) et présent (en 2016). Dans ces deux époques, des personnages nous sont présentés et tous sont intéressants, qu’ils penchent vers le mal ou le bien, selon l’idée qu’on s’en fait.

Dans le présent, qui est peu moins prégnant et fort que le passé, nous rencontrons Beth, Michael son mari et Jake son fils. Ce dernier est atteint d’une maladie et il doit subir une greffe de rein pour pouvoir vivre dans l’innocence que l’enfance devrait normalement lui offrir. C’est là toute l’intrigue de cette époque, trouver un donneur pour cet enfant que ses parents chérissent de tout leur cœur.

Dans le passé, nous rencontrons bien plus de personnages aux caractères forts et distincts. Nous faisons la connaissance de Babs, qui est une femme extrêmement touchante et d’une bienveillance exceptionnelle. Cette description peut également s’appliquer à Daisy, dont la douceur fait fondre le cœur. Jerry est également un personnage qui, bien que difficilement appréhendable, par un petit je-ne-sais-quoi nous touche profondément.

Il y aussi des personnages pour qui l’on ne peut ressentir que de l’antipathie en vue de leurs caractères et comportements. Je pense notamment à Trisha et Angela qui sont un peu du même acabit. Trisha est une femme exaspérante par son manque de compassion et de patience. Elle peut parfois provoquer de la peine, mais ressort de son personnage une forme d’opportunisme difficile à comprendre et digérer. Angela quant à elle est insupportable par son égoïsme et son indifférence à l’égard de son fils Mikey, qui est un personnage adorable par ailleurs.

Et puis il y a un personnage pour qui mes sentiments sont ambigus. Il s’agit de Selwyn. C’est un personnage pour qui l’on a de la sympathie, parce que sa psychologie simple et affable le provoque forcement. Cependant, il m’a aussi agacée. L’intrigue autour de Selwyn est la suivante. Il était marié à Babs avec qui il a eu une fille, Lorraine. Or, il l’a trompé avec Trisha et est maintenant marié avec elle. Précisons que Selwyn a environ cinquante ans et Trisha vint-six. Babs en est toujours amoureuse. Or, dès qu’ils se trouvent tous les trois ensemble, Selwyn passe son temps à témoigner de la tendresse à Trisha, la toucher, et tout cela devant Babs qui bien évidemment en souffre. Cette indélicatesse m’exaspérait d’autant plus qu’elle ne correspond pas vraiment au caractère si prévenant de Selwyn. De plus, cela m’a paru insupportable que Trisha soit la seule qui soit mise en cause dans cette histoire alors que Selwyn est complètement exempté de toute faute. Il est celui qui a trompé sa femme et pourtant, tout le monde l’excuse en disant en gros « Pauvre homme, il faut le comprendre, il ne pouvait pas résister aux atouts de cette petite jeunette » etc… Je trouve ça d’un machisme et d’une injustice absolue, ça m’a révoltée !

Le moins que l’on puisse dire en tout cas est que chaque personnage provoque des émotions, aucun n’est fade et sans relief et c’est une vraie force dans un roman !

Ce qui m’a beaucoup plu, c’est que l’auteur nous plonge dans le passé et que l’on est totalement obnubilé par les personnages qui en dépendent, oubliant complètement le contexte présent. Or, quand l’on y retourne, c’est le choc parce que l’on comprend alors tous les liens des personnages les uns entre les autres ! J’ai adoré cela !

A plus forte raison, ces éclaircissements totalement inattendus sont doublés d’une révélation finale incroyable ! On se rend alors compte que l’on a tiré des conclusions hâtives et que l’auteur nous a poussé à croire quelque chose qui se révèle être faux. Je suis sous le charme de ce genre de surprise !

En définitive, Il était un secret est un roman totalement captivant tant par l’intrigue que par les personnages. Rien dans cette histoire ne laisse indifférent, tout est sujet à bouleversement. C’est un récit magnifique !

Retrouvez Il était un secret sur Leslibraires.fr

11 thoughts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *