Espace personnel – Mell 2.2

espace personnel

Je remercie les éditions Sharon Kena et Aurélie pour cette lecture ! 

Titre et auteur : Espace Personnel de Mell 2.2

Maison d’édition : Sharon Kena (Le site/Facebook/Twitter)

Date de publication : 15/12/15

Nb pages : 193

Résumé :
L’EP est une notion créée pour se protéger du monde extérieur, des autres, et surtout de la lubricité des hommes.

L’EP est une valeur sécurisante et apaisante, mais qui peut vous cloisonner dans un engrenage où le prisonnier chérit la robustesse de ses barreaux dorés.

L’EP altère votre jugement pour votre bien-être, pour préserver vos sentiments les plus précieux.

Mais l’EP peut devenir un piège détruisant tout autour de vous jusqu’à la plus petite bribe de votre sens moral.

Et vous, jusqu’où iriez-vous pour conserver la personne que vous aimez ?

Avis : ★★★★☆

J’ai beaucoup aimé Espace personnel !

Nous faisons la rencontre de Soren, Donna et Timothée dans cette histoire. Donna et Timothée sont meilleurs amis, même un peu plus… Soren quant à lui rencontre Donna au lycée, dont il tombe immédiatement amoureux. Nous nous retrouvons alors dans une sorte de triangle amoureux, un peu plus étrange et malsain qu’à l’accoutumée…

Ce roman m’a mise très mal à l’aise et c’est d’ailleurs pour cette raison que je l’ai aimé ! L’ambiance qui se dégage de ce récit est de plus en plus oppressante au fur et à mesure de la lecture. Alors que l’on en apprend toujours un peu plus sur les personnages, l’on s’aperçoit que la direction que chacun prend est loin d’être celle à laquelle nous songions, créant un effet étonnant. Cette surprise occasionnée satisfait autant qu’elle frustre et c’est dans cette ambivalence constante que l’auteur nous entraîne à chaque page.

Ce qui est fascinant dans Espace personnel, c’est le changement de point de vue. Au départ, on alterne la narration de Donna et Soren, ce qui est appréciable puisque l’on peut comparer les sentiments de chacun. A un moment donné, Timothée prend également part à la narration et tout vacille à partir de là, nous faisant peu à peu perdre pied dans les méandres de la folie.

En effet, nous sommes confrontés à une sorte de folie permanente, raison de l’ambiance malsaine qui se développe toujours un peu plus. On doit cette atmosphère au personnage de Timothée principalement, bien que Donna par la suite ne soit pas en reste. Nous avons affaire à un véritable malade mental (dans son sens littéral), une sorte de pervers narcissique exacerbé. Etre dans sa tête lorsqu’il occupe la place du narrateur rend fou, nous sommes immergés dans un tourbillon de passion extrême et sans limite, donnant libre cours à des pensées effrayantes. Ce personnage donne froid dans le dos et parait assez crédible pour que l’on ait peur de le rencontrer un jour.

Soren quant à lui est un personnage particulièrement attachant qui permet au lecteur de retrouver un semblant de normalité apaisante. Donna pour sa part est un personnage extrêmement complexe qu’il est difficile à saisir, même lorsque l’on est imprégné de sa pensée lors de ses passages de narration. A chaque fois que l’on pense enfin la comprendre, elle déborde de l’autre côté du fil et nous déconcerte.

Je tiens à exprimer mon étonnement par rapport à la fin du livre que j’ai trouvé complètement folle, à l’image du récit finalement. Je l’ai trouvé géniale tant elle surprend, je ne m’y attendais pas du tout !

En définitive, Espace personnel est un roman dramatique surprenant. Il arrive à plonger le lecteur dans un sentiment de malaise constant, tout en lui offrant une infime et vacillante lueur d’espoir. Je l’ai beaucoup aimé et je le conseille à ceux qui aiment ressentir des émotions contradictoires et peu habituelles !

3 thoughts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *