Dust City, tome 1 – Jesse Christen

dust city

Titre et auteur : Dust City, T1 de Jesse Christen

Maison d’édition : Milady, collection Emma

Date de publication :  10/12/2014

Nb pages : 129

Résumé :

Killian ne le sait que trop bien – son propre frère, Damon, s’est hissé à la tête de l’un des clans les plus puissants de la ville. Un mode de vie que Kill fuit à tout prix, ce qui ne l’empêche pas d’éprouver une véritable fascination pour Damon.
Jusqu’au soir où sa vie bascule.
 
Kidnappé, Kill se retrouve aux mains de l’ennemi juré de Damon, le mystérieux Sin, qui cherche à venger la perte terrible qu’il vient de subir. Kill ne se fait pas beaucoup d’illusions : il ne sortira pas vivant de ce bras de fer entre les deux chefs de clan.
Pourtant, ce que lui inspire Sin représente peut-être le plus grand danger pour lui…

Avis : ★★★☆☆

J’ai aimé Dust City.

J’avais peur d’être déçue parce que j’avais lu quelques avis à son propos qui n’étaient pas vraiment positifs. En fait, j’ai eu ce à quoi je m’attendais et ce fut pour le mieux.

Dust City est un roman sombre où la mièvrerie n’a pas sa place. Si l’on s’attend effectivement à une romance m/m joyeuse et tendre, il est vrai que ce roman ne pourra sans doute pas satisfaire.

L’ambiance est obscure, sur fond de guerre de clans, trois personnages ressortent du lot : Killian, Sin et Damon. Dans ce premier tome, on suit Killian, le frère de Damon, narrateur et protagoniste. Il est le captif de Sin l’ennemi juré de son frère. J’ai ressenti beaucoup d’émotions dans ce roman. La haine ne laisse place à aucune pitié et les rancunes font rage. Pourvu qu’ils soient les plus forts, les personnages ne se laissent aucun répit.

En revanche, l’atmosphère du récit a su imposer la relation qui se noue entre Sin et Killian. Cette relation éclaire le roman à mon sens et je n’ai pas du tout senti une haine irrépressible entre les deux tout au long de l’histoire contrairement à ce que j’ai pu lire ailleurs. J’ai trouvé au contraire que plus le temps passe, plus ces deux là se sentent clairement embrigadés dans de nouveaux sentiments amoureux, qui, bien que non exprimés, sont nettement présents. Il est vrai qu’à aucun moment, les sentiments qui émanent des personnages ne sont déclarés de manière officielle. C’est ce qui fait la force du texte à mon avis, ces forts sentiments sous-jacents qui ne devraient normalement pas avoir lieu entre eux deux.

Certains points du récit restent flous cela dit. Par exemple, j’ai eu l’étrange impression, j’en suis même d’ailleurs persuadée même si ça n’est pas écrit explicitement qu’une relation incestueuse existait entre Damon et Killian avant le début de l’histoire. On sent que les sentiments qui lient ces deux là sont assez malsains. C’est un mélange d’amour inconditionnel, d’admiration extrême et de haine profonde. Les trois ensemble ne font pas un très bon cocktail. Cela m’a un peu dérangée parce que je n’y ai pas vraiment vu l’intérêt. En quoi ces étranges sentiments sont-ils au service de l’histoire ?

Seul le second tome saura probablement m’éclairer. J’ai très envie de lire le final mais j’ai peur d’être déçue.

Même s’il est très court et peu complet vis-à-vis des personnages qui pourraient être largement plus exploités, Dust City pourrait se suffire à lui-même si tant est que l’on a un peu d’imagination.

En bref, ce premier tome est un bon roman traitant d’une guerre de gangs pimentée par une relation amoureuse qui mériterait d’être plus approfondie. Je ne regrette pas ma lecture car j’ai vraiment passé un agréable moment avec Killian et Sin et lire la suite me titille déjà. Je le conseille pour les amateurs de m/m qui ne sont pas en recherche de sentiments explicites et d’amour tendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *