Au coeur des années folles, T1 : Les esprits amers – Jenn Bennett

Merci à Elise & aux éditions Charleston pour cette lecture !

Titre et auteur : Au cœur des années folles, T1 : Les esprits amers  de Jenn Bennett

Maison d’édition : Charleston (Site/Facebook/Twitter)

Date de parution : 17/02/17

Nb de pages : 532

Résumé :

1927, San Francisco, Années folles

Aida Palmer est médium et donne un spectacle sur la scène du Gris-Gris, l’illustre bar clandestin du quartier chinois. Toutefois, sa capacité à faire venir (et renvoyer) les morts est plus qu’un simple numéro. Winter Magnusson est un contrebandier reconnu. Plus à l’aise avec les revolvers qu’avec les fantômes, il est la cible récente d’un sort malveillant qui fait de lui un aimant à esprits. Alors que l’assistance surnaturelle d’Aida est requise pour bannir les revenants, son aura refroidie par la présence des êtres surnaturels s’enflamme sous un autre type de sort, déployé par le charmant contrebandier… À la recherche du sorcier responsable de la malédiction, Aida et Winter sont vite grisés par la passion. Et plus ils se rapprochent l’un de l’autre, plus ils prennent conscience qu’ils ont chacun leurs propres démons à exorciser…

Avis : ★★★☆☆

Les esprits amers est un premier tome sympathique que j’ai pris plaisir à découvrir !

Nous rencontrons Aida Palmer, médium, travaillant au Gris-Gris. Dès les premières pages, elle fait la connaissance de Winter Magnusson, un contrebandier très charmant, qui cherche à faire disparaitre le fantôme d’une femme qui le suit partout. Ils découvriront alors qu’il est sous le joug d’un sort et que plus d’un problème sont à venir…

J’ai apprécié les personnages de ce roman, notamment Aida qui nous est immédiatement sympathique. C’est une jeune femme très touchante, qui nous fascine par ses dons, et qui nous impressionne par sa force et son courage. Sa fierté est admirable, bien qu’elle la pousse parfois dans des situations désobligeantes et qu’elle nous frustre par la même occasion. Son passé est émouvant, notamment avec les réminiscences de son frère Sam qui revient tout en filigrane du roman.

J’ai apprécié Winter également qui dès les premières pages nous apparait comme un personnage impressionnant par sa haute carrure, son visage et son charisme. On s’attache à lui au fur et à mesure que l’on découvre ses sentiments pour Aida. Si Aida s’accroche au fantôme de son frère Sam, pour Winter il s’agit de Paula son ex femme (dans une autre mesure). Chacun des deux a un passé difficile qui les empêche par moment de se focaliser sur le présent et aller de l’avant, main dans la main. J’ai bien aimé cet obstacle qui ajoute du piment à la romance.

J’ai aimé par conséquent la romance et l’érotisme du livre, et notamment le fait que même si l’on sent un feeling immédiatement entre les deux personnages, ils ne sautent pas tout de suite dessus. Il y a tout un tas de barrières, d’épreuves qui les empêchent d’être ensemble de sorte à créer une certaine frustration chez le lecteur (mais une bonne frustration, ça permet un peu de suspens !). De la même manière, j’ai apprécié le côté paranormal de la romance alors que je ne suis pas très fan de ce genre en temps normal. Ici, le paranormal a une place importante, mais mélangé à la romance, dans les années 20, j’ai trouvé que c’était intéressant et surtout original.

J’ai vraiment apprécié que le roman se déroule dans les années folles. C’est un contexte parfait pour les intrigues liées à la prohibition et donc la délation, et pour faire du personnage de Winter un contrebandier fascinant. En effet, il divise, certains le traitant comme un héros, d’autre comme un malfaiteur.

Ce que j’ai moins aimé dans le roman, ce sont les descriptions physiques un peu trop présentes. Elles ne me dérangent pas habituellement en tant que telles, mais là je trouvais qu’on se concentre un petit trop sur les attributs féminins et masculins à mon goût et ça crée de la redondance de surcroit. J’ai également été décontenancée par un langage à certains moments qui ne correspondait pas vraiment avec l’ambiance du récit. Ça ne me dérange pas quand ça sert le récit, mais en l’occurrence je trouvais que le vocabulaire vulgaire n’avait parfois pas d’intérêt.

En définitive, Les esprits amers est une bonne romance, intéressante par le mélange des genres et le contexte des années folles, parfait pour l’intrigue. Je recommande pour ceux qui apprécient cette époque ou cherchent à la découvrir !

Retrouvez Les esprits amers sur Leslibraires.fr

 

2 thoughts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *