Cinquante Nuances de Grey – E.L. James

Première de couverture de cinquante Nuances de Grey
Première de couverture de 50 Nuances de Grey

Titre et auteur : Cinquante nuances de Grey d’E.L. James

Maison d’édition :  JC Lattès (version papier)

Date de publication : 17/10/2012

Durée lecture : 555 pages – Du 23/02/2015 au 27/02/2015

Résumé : Lorsqu’Anastasia Steele, étudiante en littérature, interviewe le richissime jeune chef d’entreprise Christian Grey, elle le trouve très séduisant mais profondément intimidant. Convaincue que leur rencontre a été désastreuse, elle tente de l’oublier – jusqu’à ce qu’il débarque dans le magasin où elle travaille et l’invite à un rendez-vous en tête-à-tête. Naïve et innocente, Ana ne se reconnait pas dans son désir pour cet homme. Quand il la prévient de garder ses distances, cela ne fait que raviver son trouble. Mais Grey est tourmenté par des démons intérieurs, et consumé par le besoin de tout contrôler. Lorsqu’ils entament une liaison passionnée, Ana découvre ses propres désirs, ainsi que les secrets obscurs que Grey tient à dissimuler aux regards indiscrets…

 

Avis : ★★☆☆☆

Contexte : Je ne suis pas une adepte des romans d’amour (encore moins érotiques) mais je me suis forcé à lire celui-ci afin de comprendre le phénomène qui a déferlé en France à ce propos. J’avais donc un avis, de base, très négatif et une envie de lire ce livre très très très moindre.

Lecture : Après quelques lignes, je me suis dit que ce n’était pas très bien écrit, le langage et le vocabulaire utilisés ne sont pas très élaborés et ça ne m’a pas vraiment donné envie de continuer. Je trouvais également cela extrêmement mièvre. Je me suis donc accrochée et me suis finalement laissée emporter par la vague Cinquante Nuances.

Je ne peux pas dire que j’ai été subjuguée par cette lecture, l’écriture est médiocre (question de texte original ou de traduction ?), les personnages sont tout de même assez niais et leurs psychologies ne sont pas assez développées à mon sens -bien qu’ils soient attachants au bout d’un certain temps. Cependant, je dois avouer que cette lecture, après m’être adaptée au style de l’auteur, ne m’était finalement pas désagréable.

En définitive, Cinquante Nuances de Grey n’est pas vraiment ma tasse de thé (si je puis dire…) à la base, trop de « bébé », « mon dieu je suis maladroite », « la vie est pas juste », mais j’avoue m’être laissée convaincre et je vais très certainement lire le deuxième tome. L’auteur, à défaut d’avoir un scénario excellent, a cependant le mérite de savoir embarquer son lecteur avec ses personnages et le pousser à acheter la suite pour continuer à découvrir ce mystérieux Christian Grey…

Etant donné mon pessimisme, à l’origine quant à ce livre, je peux conclure par le fait que j’ai été plutôt agréablement surprise…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *