Cassada – James Salter

cassada

Roman lu dans le cadre d’un partenariat avec les éditions Points que je remercie !

Titre et auteur : Cassada de James Salter

Maison d’édition Points

Date de publication : 27/08/2015

Nb pages : 263

Résumé :

Un jet passe en rugissant et disparaît, perdu dans les nuages. Aux commandes de l’appareil, un jeune pilote de chasse de l’US Force en Allemagne, Robert Cassada. Il n’est qu’un banal tireur et un médiocre pilote, mais Isbell, chef des opérations, le croit envoyé sur Terre pour accomplir une mission. Très vite, les deux hommes se lient d’amitié. Et lorsqu’Isbell se retrouve en difficulté, c’est sur Robert que va reposer la lourde responsabilité de le sauver…

Avis : ★★★★☆

J’ai beaucoup apprécié Cassada, notamment pour la plume de l’auteur.

Ce roman raconte une tranche de vie de pilotes de chasses. Inspirée d’une histoire réelle, nous faisons face aux dangers liés à ce métier, ainsi qu’à la passion intense qui anime ces hommes volants.

Lire un roman sur l’armée de l’air, l’aéronautique et tutti quanti, c’est une première pour moi ! Mais j’ai été irrésistiblement attirée par le résumé, sans savoir pourquoi, sans savoir dans quoi je me lançais, je me suis simplement dit qu’il fallait que je le lise. J’ai bien fait puisque je l’ai adoré.

Cassada. Un titre qui m’a inspirée dès le commencement, un titre intrigant qui a joué en la faveur de mon envie de lecture.

Cassada, Robert de son prénom, c’est le petit nouveau dans la « famille » des pilotes de chasse. Lieutenant jeune et ambitieux, il a bien du mal à se faire respecter de ses pairs et surtout de ses supérieurs. Il ne baisse pourtant pas les bras. Téméraire jusqu’à la fin, il suit ses instincts pour devenir le meilleur pilote de chasse qui soit et obtenir le respect escompté, quitte à faire face à la mort.

Beau, avec « une forme d’élégance, de supériorité », il réussit à obtenir la confiance du Capitaine Isbell qui voit en lui quelque chose d’unique, d’insoupçonnable pour les autres. Au contraire, certains n’en veulent pas. Wickenden, lui, voit en Cassada la couleur de la mort et souhaite qu’il rejoigne une autre escadrille que la sienne.

Chaque lieutenant, capitaine, officier, a un rôle défini. Celui de rendre une impression de réalisme. L’immersion au sein de cette unité a été totale. On alterne entre les officiers et leurs femmes, on s’aperçoit du manque de fidélité de chacun et l’on ressent, comme il est écrit dans la préface, que l’auteur a une belle inclination pour les jolies femmes.

L’écriture est soignée, agréable. Certaines phrases viennent vous foudroyer et rester ancrées le temps de quelques heures. Les descriptions sont justes, les émotions des personnages identiques. La fin m’a bouleversée par la manière dont elle est narrée. Le réalisme du roman est parfait.

La seule chose que j’ai regrettée, que je ne peux pourtant pas reprocher au roman, est que beaucoup de termes sont techniques et hors de portée de néophytes tels que moi. J’ai du chercher pas mal de définitions pour comprendre exactement ce que je lisais.

En bref, Cassada offre une immersion intégrale dans un clan de pilotes de chasse à travers une écriture magnifique qui sublime très largement le fond. Tout est juste. Ce roman saura satisfaire les amateurs d’aviation comme intriguer ceux qui n’y connaissent rien. (Mention spéciale pour la préface qui est vraiment superbe!)

4 thoughts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *