La belle italienne – Lucinda Riley

belle-italienne

Merci à Elise et aux éditions Charleston !

Titre et auteur : La belle italienne de Lucinda Riley

Maison d’édition : Charleston (Site/Twitter/Facebook)

Date de publication : 09/09/16

Nb pages : 512

Résumé :
Rosanna Menici n’est qu’une petite fille lorsqu’elle rencontre Roberto Rossini, l’homme qui va changer sa vie. Dans les années qui suivent, leurs destins vont être liés par leur extraordinaire talent de chanteur d’opéra et par leur amour obsessionnel l’un pour l’autre, un amour qui affectera leurs vies et celles de leurs proches. Mais, comme Rosanna le découvrira progressivement, leur union est hantée par des événements passés…
Le parcours de Rosanna nous emporte des ruelles de Naples au monde prestigieux des plus grandes salles d’opéra. La belle Italienne est une magnifique histoire d’amour, de trahison et de découverte de soi.

Avis : ★★★★☆

J’ai beaucoup aimé La belle italienne !

Nous rencontrons Rosanna, petite fille à la voix sublime et transcendante, complexée par  ce qu’elle pense être son infériorité face à sa soeur Carlotta. Timide et peu sûre d’elle, elle se fait pourtant remarquer alors qu’elle chante devant le beau et grand Roberto Rossini qui la recommande à Luigi Vicenzi, un professeur  de chant. Commence alors, l’ascension certaine de Rosanna Meninci dans le monde de l’opéra. Seulement, aussi important soit Roberto pour sa carrière, il se trouve également être une menace pour sa vie personnelle et amoureuse…

J’ai aimé ce roman même si je l’ai vraiment trouvé différent de tous les livres de Lucinda Riley que j’ai pu lire jusqu’à présent. En effet, l’histoire parait un peu moins moderne, un peu plus reculée dans le temps. Ici, pas de suspens intense comme dans Les sept soeurs, mais plutôt de l’amour et de la passion.

L’amour est ici exploité de manière vraiment intense et j’ai beaucoup aimé cela. On retrouve cet état du coeur sous différentes formes, dans l’allégresse qu’il procure comme dans le drame. L’amour est un sentiment traité avec une telle intensité qu’il m’a parfois vraiment émue, notamment avec les personnages d’Abi et Luca. En revanche, l’accentuation de ce sentiment m’a également parfois troublée, dans le sens où j’estimais que l’auteur en faisait un peu trop et gâtait les choses en allant jusqu’à la mièvrerie. Heureusement, ressort principalement du texte une puissante passion entre les différents personnages, bien maîtrisée.

J’ai aimé tout le côté musical du récit dont l’ambiance m’a parfois fait penser à des romans tels que Le jardin au clair de lune de Corina Bomann. C’est un univers envoûtant dans lequel il est ainsi facile de s’immerger. J’ai eu un peu plus de mal avec tout le pan traitant de la religion cependant, n’était pas vraiment adepte de tout ce qui s’y rapproche dans la littérature.

J’ai aimé les personnages que j’ai trouvé émouvants et bien travaillés. On y trouve de tout, des personnages particulièrement attachants et bons comme Luca comme des personnages retors et malhonnêtes comme Donatella. Les relations tissées entre chacun sont toutes intéressantes même si elles provoquent parfois de la frustration et de la colère.

En définitive, La belle italienne est un très beau roman qui a su me séduire même si l’on ne retrouve pas vraiment le style qui a fait le succès de Lucinda Riley. C’est un plaisir de découvrir l’un de ses premiers romans remis aux goûts du jour !

300dpi

Retrouvez La belle italienne sur Les libraires.fr

2 thoughts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *